Vous y rêviez, Cangaroo l’a fait

Vous y rêviez, Cangaroo l’a fait

L’équipe Cangaroo lors d’une sortie de groupe pour prendre du bon temps pendant les heures de travail. (Photo : courtoisie)

CHAMBLY. L’entreprise de Chambly Cangaroo adopte comme de plus en plus d’entreprises une philosophie de travail propice à la conciliation famille – travail de ses employés. Elle arbore même les bienfaits du concept des vacances illimitées.

Que diriez-vous d’un employeur qui vous proposerait des vacances illimitées, qui prendrait le temps de savoir ce que vous aimez pour vous offrir à votre premier jour de travail un cadeau en rapport avec vos intérêts, qui vous permettrait de concilier au mieux vos horaires de travail et le temps passé avec votre famille, qui vous ferait venir des plats cuisinés au bureau pour une contribution de 5 $, qui s’assurerait que les activités proposées par l’entreprise se fassent sur les heures de travail et pas en dehors, qui vous proposerait assurances collectives et cotisation REER… Un monde idéaliste sûrement pour beaucoup, mais bien réel pour les 17 employés de Cangaroo à Chambly.

« Le concept de vacances illimitées est aussi présent dans des entreprises comme Netflix, Google ou encore Gsoft », explique Marianne Lemay, directrice culture et marque de l’entreprise. Nouvellement arrivée de Gsoft à Cangaroo, elle n’a pas hésité à proposer d’implanter ce nouveau concept.

L’entreprise de conception de logiciels en ressources humaines a vu le jour il y a 3 ans. David Théberge, ce résidant de Carignan a débuté seul. L’entreprise, aujourd’hui basée à Montréal pour le côté technologique et à Chambly pour sa partie ressources humaines compte désormais 17 employés. « Depuis trois ans, aucune personne n’a quitté l’entreprise qui est toujours en pleine expansion. Le concept est assez unique au Québec surtout dans une ville comme Chambly », de préciser Mme Lemay.

Attirer la main-d’œuvre

Les entreprises commencent à être de plus en plus à la recherche de main-d’œuvre qualifiée, et cela dans tous les secteurs. Cangaroo en a bien conscience et pense que choyer ses employés pour qu’ils se sentent bien est la meilleure des solutions. « Les conditions que nous proposons sont en effet un argument de recrutement et de rétention. Il est évident que le travail doit être fait, mais on donne une plus grande autonomie aux employés. Ensuite, c’est à chaque entreprise de fixer ses limites. Si un employé demande de partir en vacances pendant un an, il semble évident qu’il ne se rendra pas indispensable. Nous venons à peine d’instaurer ce système, mais pour l’avoir déjà testé ailleurs ce sont 4 à 5 semaines que les employés prennent généralement », ajoute la directrice culture.

En plus des conditions de travail, l’entreprise a voulu faire profiter ses employés d’un environnement idéal. En s’implantant à Chambly, l’utile à l’agréable pouvait être relié et attirer les professionnels du secteur basé sur la Rive-Sud. « Nous sommes proches du bassin de Chambly, des restaurants du centre-ville. De cette manière, il est facile d’encourager l’économie locale, quelque chose qui tient à cœur aux dirigeants qui viennent de la Rive-Sud. » Aussi, plusieurs employés habitent Chambly, Saint-Basile-le-Grand, Carignan et ont un travail à proximité de leur domicile.

Une philosophie

Pour le président et directeur du développement des affaires de Cangaroo, David Théberge, « nous faisons tout pour que les employés soient plus autonomes. En leur donnant une grande liberté, on réduit la pression au travail et on augmente leur productivité. »

Pour le président, c’est une affaire de philosophie dans le milieu de travail aujourd’hui. « On n’est plus à l’époque d’Yvon Deschamps et son Les unions qu’ossa donne ? Aujourd’hui, il faut compter sur le talent et c’est de cette manière qu’on l’attire », ajoute M. Théberge.

L’entreprise qui propose tous les outils technologiques aux entreprises en terme de ressources humaines propose des services gratuits ou très peu chers indiquant à leur client comment minimiser les coûts.

« Nous avons un modèle d’affaires unique au Québec. C’est ainsi que nous avons eu près de 200 clients la dernière année qui y ont adhéré. »

M. Théberge croit profondément que les conditions de travail d’un employé doivent être vues comme un investissement par les employeurs et non pas comme une dépense. Un investissement difficilement quantifiable, mais avec un résultat bien réel.

« Prendre soin de ses employés, leur faire confiance, ça peut débloquer des motivations. Juste le fait de se sentir plus respectés permettra à l’entreprise d’avoir une meilleure productivité de ses salariés. C’est sûr que les effets de cette philosophie ne se retrouvent pas dans une colonne de chiffres pour le chef d’entreprise, pourtant, cela lui donnera des avantages majeurs. Il pourra recruter plus facilement, attirer de nouveaux talents, créer un cercle vertueux. Plus les employés parlent des bonnes conditions de leur entreprise, plus cela va attirer de monde. Les gens accepteront plus volontiers de rester travailler plus tard à quelques occasions. C’est difficile de quantifier les avantages, mais ils sont visibles. »

Et cela marche. L’entreprise est en pleine expansion et compte ouvrir des bureaux dans d’autres provinces prochainement. « C’est le début de notre boum », de conclure M. Theberge.