Voir ses enfants s’épanouir

Photo de Saïd Mahrady
Par Saïd Mahrady
Voir ses enfants s’épanouir
(Photo : courtoisie)

Le devoir d’être avec ses enfants lors de compétitions d’envergure s’accompagne souvent, il va sans dire, du plaisir que les parents ressentent de voir leur progéniture se réaliser dans leur sport favori.
Compter le nombre de déplacements, la gestion du temps et le budget inhérent demeurent toutefois des sacrifices pour certains parents. Or, ce n’est pas le cas de Roxane Clément. « Non, ce n’est pas un sacrifice; c’est parce qu’on aime ça, on les voit s’épanouir. »
Mme Clément est la mère de Malorie, âgée de 12 ans, de Simon, 15 ans, et de Félix, 17 ans. Les deux garçons ont été sélectionnés pour participer aux Jeux du Québec. Simon pratique aussi le patinage, mais c’est en gymnastique qu’il défendra les couleurs de Bourassa, la région de Montréal où la maman amenait son fils patiner au club de gymnastique d’Anjou. Simon doit représenter ce club, tandis que Félix fait partie de la Rive-Sud en patinage artistique. Malorie pratique, elle aussi, le patinage artistique.
Les garçons sont partis en autobus, chacun avec sa délégation. La maman, sa belle-mère Louise et Malorie ont quitté Carignan en auto vendredi dernier pour la capitale nationale, ville hôte des Jeux du Québec. « Je suis chanceuse; je vais rester chez une de mes belles-sœurs qui demeure à Québec. Donc, je limite les frais », relate Mme Clément.

« J’essaie de plus en plus de savourer les moments où je les vois et s’ils sont stressés, ce n’est pas amusant. » – Roxane Clément

Afin de réduire les dépenses et le temps, Mme Clément a eu aussi la chance que les deux lieux qui présenteront les compétitions de ses enfants soient rapprochés. « Ils sont à deux complexes, pas loin l’un de l’autre; samedi (2 mars) matin pour Simon, et Félix en après-midi. Félix aura une autre compétition dimanche en après-midi ainsi que le lundi, mais je ne resterai pas car je dois retourner au travail. »

Une maman spectatrice

Mme Clément est une travailleuse autonome, ce qui lui permet plus de liberté. Elle mentionne parcourir, seule ou en compagnie de son conjoint, environ 35 000 kilomètres par an pour les déplacements de ses enfants.
La maman ajoute cependant qu’elle ne les accompagne pas toujours. Sauf à Edmonton, à la fin de novembre dernier, où se tenait la compétition Défis patinage Canada 2019, à laquelle les trois étaient sélectionnés. « Je n’avais pas le choix. Malorie n’avait pas treize ans et je devais accompagner en avion mes enfants, qui n’ont pas dix-neuf ans. Donc, je devais être dans la chambre (d’hôtel) avec les trois, qui étaient en compétition nationale. »
Le budget final associé à cette semaine passée en Alberta dépasse les 6000 $, même si une partie de l’hébergement et les billets d’avion des trois enfants étaient payés par Patinage Québec. « Je dois payer les frais d’inscription, qui coûtent très cher par rapport à ceux de la gymnastique », poursuit Mme Clément.
Et lorsque ceux qu’on chérit se mettent en scène, la maman est alors dans les gradins. « J’essaie de plus en plus de savourer les moments où je les vois et s’ils sont stressés, ce n’est pas amusant. Des fois, ils sont déçus d’eux-mêmes; des fois, ils font sortir leurs points positifs; des fois, ils sont super heureux. »
 
 
 

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de