« V’là la maison qui brûle »

Photo de Jean-Christophe Noël
Par Jean-Christophe Noël
« V’là la maison qui brûle »
Le Service d’urbanisme informe les pompiers lorsqu’une maison est à démolir, leur permettant ce type de pratique. (Photo : courtoisie)

Les pompiers de Saint-Mathias-sur-Richelieu, de Richelieu et de Marieville ont eu la rare occasion de s’exercer sur une maison volontairement embrasée.

Alors que certains métiers offrent de la formation en continu aux travailleurs devant leur écran, c’est en incendiant une maison que les pompiers développent des compétences. Ils étaient environ une cinquantaine de pompiers il y a deux semaines à tenter d’éteindre la maison située au 641, chemin des patriotes, à Saint-Mathias-sur-Richelieu. Dans ce cas-ci, l’entraînement a duré toute la journée. « On demande à l’urbanisme de nous aviser lorsqu’un propriétaire demande un permis de démolition. Ensuite, on entre en communication avec eux et on demande si l’on peut procéder à une pratique », mentionne Sébastien Halde, directeur du Service de sécurité incendie de Saint-Mathias-sur-Richelieu.

12 000 – C’est nombre de gallons d’eau estimé pour éteindre un feu d’une telle ampleur.

Des palettes représentent l’accessoire utilisé pour installer le feu menant à l’intervention des pompiers. « On a appliqué des techniques que nous avons apprises au cours de nos formations avec la compagnie Flash Formation. Les pompiers entrent dans la maison enflammée et mettent en pratique ce qu’ils ont appris. Ensuite, étant donné que le bâtiment était voué à la destruction, on l’a laissé brûler. C’est très rare qu’il y a des blessés dans ce genre d’opération », précise le chef des pompiers.
Pour éteindre un bâtiment de la sorte, au sein duquel les flammes rugissent sans merci, 12 000 gallons d’eau peuvent être requis.

Spectateurs curieux

Ce genre de manœuvre est peu fréquent. La magnificence et la puissance du feu attirent naturellement les spectateurs curieux. « On établit un périmètre. Il y a une zone délimitée pour ceux qui sont intéressés à assister à la scène », complète M. Halde, dont le dernier exercice de la sorte remontait à 2019, à Richelieu.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires