Vaccination obligatoire pour les travailleurs de la santé

Photo de Gabriel Provost
Par Gabriel Provost
Vaccination obligatoire pour les travailleurs de la santé
Le premier ministre du Québec François Legault. (Photo : CPAC)

Aujourd’hui, 382 319 personnes ont été infectées par la COVID-19 au Québec depuis le début de la pandémie, soit une augmentation de 323 personnes dans les dernières 24 h. Il n’y a pas eu de nouveaux décès qui ont été rapportés lors de cette même journée. Le bilan reste inchangé à 11 242 morts dans la province. Au Canada, la situation augmente aussi. Ce sont 1 456 679 de personnes qui ont contracté le coronavirus. Les décès sont au nombre de 26 715 depuis le début de la pandémie.

Le passeport vaccinal sera mis en place dès le début septembre et le premier ministre François Legault a annoncé que la vaccination sera obligatoire pour les employés de la santé en contact avec des patients.  Le personnel aura jusqu’au premier septembre pour avoir une première dose de vaccin et jusqu’au premier octobre pour avoir la deuxième. Cette mesure suit les recommandations de l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ).

À travers la province, ce sont 90 % des travailleurs des différents établissements de la santé qui ont reçu une première dose de vaccin contre la COVID-19, tandis que 82 % sont pleinement vaccinés.

M. Legault était accompagné du ministre de la santé, Christian Dubé et du directeur national de la santé publique, Horacio Arruda, une première depuis quelques semaines qui avait de quoi marquer l’importance de l’événement.

« J’ai hâte de voir dans trois semaines où on va être. »

-Dr Horacio Arruda

Déjà des mesures

Avant même que la vaccination ne soit obligatoire, le ministère de la santé et des services sociaux exigeait que les travailleurs « du réseau de la santé et des services sociaux visés par l’arrêté ministériel 2021-024 doivent fournir à leur employeur une preuve de vaccination contre la COVID-19. Les travailleurs n’ayant pas reçu une dose de vaccin depuis plus de 14 jours, ainsi que ceux refusant de fournir une preuve de vaccination devront se soumettre à un dépistage préventif récurrent, soit trois fois par semaine ».

Cela faisait donc en sorte que les travailleurs des urgences, des unités de soins intensifs, des cliniques dédiées à la COVID-19, des centres d’hébergement et des soins de longue durée sont poussés à se faire vacciner afin d’éviter de subir de multiples tests hebdomadaires pour pouvoir exercer leurs fonctions.

Pour le moment, seuls les employés de la santé désignés par le premier ministre seront obligés de se faire vacciner. Toutefois, des consultations publiques seront tenues dès la semaine prochaine en lien avec l’option d’obliger les employés de l’État et de l’éducation qui sont en contact avec la population pendant plus de quinze minutes à se faire vacciner.

Cette mesure est donc un précédent étant donné qu’elle atteint l’intégrité physique des citoyens ainsi que le droit des personnes de travailler – un droit fondamental- s’il  impose le passeport vaccinal pour certains secteurs d’emploi. Au total, en date du 16 août, ce sont 85,9 % de tous les employés de la santé et des services sociaux en Montérégie qui étaient pleinement vaccinés.

Rentrée masquée

Le point de presse a également été l’occasion d’annoncer que la rentrée se fera avec des masques dans les cégeps et universités de la province. Une autre annonce sera faite par rapport au port du masque dans les écoles primaire et secondaires avant la rentrée du début septembre en lien avec la situation épidémiologique.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires