«Une tragédie impensable», Pierre Breton

«Une tragédie impensable», Pierre Breton

Notre caricaturiste rend hommage à Jean Lapierre.

DÉCÈS. Les réactions sont nombreuses au lendemain du décès tragique de l’ancien député de Shefford et chroniqueur politique, Jean Lapierre. Tous ont de bons souvenirs et de bons mots du politicien et de l’homme.

L’actuel député de Shefford, Pierre Breton, est sous le choc depuis l’annonce du décès de Jean Lapierre.

«C’est une tragédie épouvantable. C’est impensable un tel événement. J’ai encore de la difficulté à y croire et je suis consterné comme plusieurs autres personnes. Ce sont de durs moments pour sa famille et ses proches», a souligné le député libéral.

Dans un entretien à TC Media M. Breton, indiquait qu’il connaissait Jean Lapierre depuis ses débuts en politique, en 1979.

«Mon père Jean-Paul Breton, a été l’organisateur en chef de plusieurs campagnes de Jean Lapierre. J’ai partagé de très bons moments avec lui. Je garde des souvenirs inoubliables de celui qui m’a initié à la politique», ajoute Pierre Breton.

Le député libéral de Shefford a salué les qualités de vulgarisateur et de communicateur des dossiers politiques de Jean Lapierre.

«Il était un gars qui aimait sa circonscription, qui était respectueux, qui avait un franc parlé et qui avait un réseau de contacts extraordinaire», estime le député libéral.

Un homme près de la communauté

Le maire de Saint-Césaire, Guy Benjamin, est lui aussi attristé par le décès de Jean Lapierre. Selon lui, c’est une grande perte, car il considère que c’était une personne irremplaçable.

Il souligne que M. Lapierre a toujours été proche de la communauté et très au fait des dossiers politiques. À son avis, il a bien réussi sa transition du domaine politique à celui journalistique et il a toujours réussi à rallier les gens.

«Il n’avait pas d’ennemis. Ils respectaient les gens qui étaient en politique. Il avait un bon sens de la critique par rapport à ses anciens confrères. Souvent, les politiciens qui vont en journalisme après, ce n’est pas évident, mais lui, je pense qu’il s’est bien adapté et qu’il a fait un excellent travail», affirme-t-il.

La directrice générale de la MRC, Susie Dubois, qui a aussi été mairesse de Rougemont de 2000 à 2009, relève les mêmes éléments au sujet de Jean Lapierre.

Celle qui a eu à le côtoyer dans le cadre de de différents dossiers de la MRC de La Haute-Yamaska, plus spécifiquement à Granby, et de rencontres publiques alors qu’elle était mairesse, a notamment un bon souvenir de sa grande implication.

«C’était un homme politique et un communicateur intéressant. Il avait une expérience remarquable. C’était un exemple d’implication citoyenne. Il tenait à sa circonscription qu’il avait représentée pendant plusieurs années», déclare-t-elle.

Le président du syndicat de l’Union des producteurs agricoles (UPA) de Rouville, Yvon Boucher, quant à lui, se souvient d’avoir rencontré M. Lapierre à quelques reprises alors qu’il était conseiller municipal de Saint-Césaire, dans les années 1980.

Il souligne aussi que Jean Lapierre le reconnaissait sur la rue alors qu’il était maire de la paroisse de 1995 à 2000 puis de la municipalité jusqu’en 2009.

«C’était quelqu’un de très sympathique et ouvert. Il aimait les gens et était passionné de son travail. Moi, je débutais et il m’a toujours bien accueilli. C’était quelqu’un qui se mettait au même niveau que nous et qui ne se prenait pas pour un autre. Les rencontres que j’ai eues avec lui ont toujours été très agréables», relate-t-il.      

En collaboration avec Mathieu Majeau