Une sommité en développement

Photo de Jean-Christophe Noël
Par Jean-Christophe Noël
Une sommité en développement
François Borduas, Césairois, travaille à développer les habiletés des joueurs de hockey. (Photo : courtoisie - Alain Bellier)

Malgré la crise sanitaire, il s’est ajusté et a contribué cet été au développement de plus de 175 joueurs, de calibre pee-wee AAA allant jusqu’au niveau professionnel. Depuis une dizaine d’années, il mène son camp estival et pousse les jeunes talents à l’aide de son programme élite. Le Journal de Chambly s’est entretenu avec le Césairois François Borduas, entraîneur des habiletés individuelles.

Vous avez entraîné Anthony Beauvillier. Que pensez-vous de lui et de ses performances en séries avec les Islanders de New York?

De un, Anthony est un passionné et il adore le hockey. Il s’est ennuyé du hockey et m’a appelé plusieurs fois pour pouvoir faire de la glace pendant la COVID. En second lieu, c’est vraiment un professionnel. Il fait ce qu’il a à faire et prend son job à cœur. Année après année, on a travaillé les petits détails entourant son patin en maniement de rondelle. Je sais qu’il les pratique. C’est facile de travailler avec un joueur qui veut avancer.

Il aurait été possible de croire que le Lightning de Tampa Bay intègre Mathieu Joseph (Chamblyen) au sein de son alignement pour ajouter de l’énergie. Or, ce n’est pas le cas. Est-ce surprenant?

Oui, ce l’est. Je ne sais pas si l’organisation lui a demandé des choses. Comme tous les jeunes joueurs, il a des aspects à travailler. Des fois, ce sont de petites choses à l’interne qu’on ne connaît pas. En ce qui a trait à l’énergie et au patin, un gars comme lui peut faire une différence sur la glace. Il a beaucoup de gaz, de drive, de cardio. Je n’ai pas vraiment compris l’an passé pourquoi il n’a pas joué et même cette année.

Alexis Lafrenière sera le premier choix au repêchage. Peut-on le comparer aux McDavid, Crosby, etc.? Comment travaille-t-on à développer un joueur de la sorte, que l’on qualifie de prodige?

Pour moi, ce n’est pas une approche différente. À son âge, il est avancé sur les autres comme l’étaient Crosby et McDavid. Sera-t-il aussi bon qu’eux? Il y a beaucoup d’impondérables à considérer. Il devrait avoir un impact immédiat. Cela dit, pour son développement, ça se passe dans la tête à 80 %. Quand on enseigne à un joueur, il est important qu’il comprenne pourquoi il fait ça. Sinon, il sera bon un certain temps, mais il plafonnera. Des gars comme ça sont intelligents et passionnés. Ils veulent être les meilleurs.

À l’approche du repêchage, de quoi ont besoin les Canadiens pour atteindre un étage supérieur?

Je ne suis pas dans l’entourage et ne connais pas les plans. Ils ont un des meilleurs gardiens au monde. La défensive s’est améliorée cette année. Le hockey étant maintenant très rapide, je comprends qu’on ne peut pas ouvrir le jeu et gagner 10 à 9, mais, en même temps, tu ne peux jouer un jeu pour essayer de gagner 2 à 1. Le CH a besoin de plus de buts pour soutenir Carey Price. Idéalement, l’équipe doit aller chercher un équilibre, pas juste miser sur un système défensif.

Comment avez-vous évalué le jeu de Nick Suzuki et de Jesperi Kotkaniemi durant les séries?

Ils ont fait toute une job. Je pense que la pause entre la saison et les séries en raison de la COVID a modifié la situation. J’ai l’impression qu’ils sont arrivés sur la glace sans avoir le sentiment d’avoir des choses à prouver et de simplement montrer ce qu’ils étaient capables de faire. Ils sont arrivés motivés, contents d’être là et n’ont pas boudé parce qu’ils ont sauté des shifts. Ils ont juste joué au hockey et ça s’est senti sur la glace.

Est-ce que Raphaël Lavoie (Chamblyen) peut être en mesure de percer l’alignement des Oilers dès la saison prochaine?

Il devrait y avoir un camp des recrues. À 20 ans, la meilleure chose serait qu’il joue dans la Ligue américaine avant qu’il monte peut-être pendant l’année. S’il arrive au camp en démontrant de la maturité et qu’il a poursuivi son développement, il peut mêler les cartes. Avec son gabarit, son lancer et son patin avec la rondelle amélioré, il n’est pas impossible que l’organisation lui donne des chances de jouer. Je ne serais pas surpris.

Pour Raphaël Lavoie, est-ce que ça peut être intimidant ou stimulant de débuter sa carrière aux côtés de Connor McDavid?

Pour Raphaël, il ne sera pas intimidé. Il va profiter du moment et prouver qu’il est capable de jouer avec un gars de même. Avec McDavid, Raphaël va devenir le shooter. Il est un marqueur. Il a tout un lancer, de plus en plus précis et décoche de plus en plus rapidement. Avec un fabriquant de jeux comme McDavid, qui lui donnerait la rondelle dans les places payantes, les chances de marquer vont être là. Avec un bon passeur, Raphaël va être dangereux.

Saison 2020-2021

François Borduas a signé un contrat de deux ans avec les Voltigeurs de Drummondville de la LHJMQ. Dans les semaines à venir, il travaillera étroitement avec les jeunes de l’équipe afin de partager son savoir. Il travaillera également avec les Rangers de Montréal-Est dans la Ligue de hockey junior AAA. L’homme de Saint-Césaire souhaite, en cette saison particulière, que l’accent soit mis plus que jamais sur le développement des jeunes et, surtout, que ceux-ci prennent le temps de s’amuser.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de