Une salle à dîner pour socialiser

Photo de Chloé-Anne Touma (Initiative de journalisme local)
Par Chloé-Anne Touma (Initiative de journalisme local)
Une salle à dîner pour socialiser
Des membres de l’Entraide Plus dans le Resto Entre, qui sera rénové. (Photo : Chloé-Anne Touma)

Les aînés du Centre communautaire l’Entraide plus attendent avec impatience de pouvoir se réunir dans l’ambiance chaleureuse d’une salle à manger revampée.

L’organisme, qui œuvre auprès des aînés depuis plus de 35 ans, a lancé plusieurs initiatives pour ramasser des fonds qui serviront à financer le projet. « Ce sont 45 000 $ sur 55 000 qui ont été ramassés. C’est grâce à l’effort collectif de bénévoles, de programmes de subvention et de donateurs que nous avons réussi à récolter ce beau montant, mais il en manque encore 10 000 $ pour mener les travaux à partir du concept de notre designer bénévole », a rapporté au journal la Directrice générale de l’établissement, Sylvie Blanchard, la semaine dernière.

« Il manque encore 10 000 $. » – Sylvie Blanchard

Des services en demande

« À l’Entraide Plus, on s’occupe vraiment des aînés. On dessert le territoire allant de Sainte-Angèle-de-Monnoir à Carignan et des villes entre les deux », rappelle la directrice, qui rapporte, rien que pendant la pandémie, « une augmentation de 230% de livraison de petits plats à domicile et plus de 8000 heures d’aide investies à domicile pour les proches aidants ».

Briser l’isolement

Aujourd’hui, ce qu’il manquerait aux aînés, c’est une salle à dîner encore plus accueillante et conviviale pour s’y rassembler et briser l’isolement, d’où la volonté de rénover le Resto-Entre de l’organisme.

« Nous vivons avec le contrecoup de la pandémie, et nous en avons encore pour au moins cinq ans avant d’en constater vraiment les effets. La population vieillit et beaucoup de monde a du mal à s’adapter à tous les changements survenus, dont l’isolement renforcé. Certains ont encore des craintes. C’est pourquoi l’Entraide Plus demeure présente, plus que jamais, pour desservir sa clientèle,  réitère Mme Blanchard. Nous avons eu énormément de pertes humaines, et c’est sans compter les effets de l’isolement sur certaines personnes, qui ont souffert d’un déclin cognitif, faute de stimulation sociale. Car sans le contact avec les gens, il est difficile pour plusieurs aînés de garder leurs acquis, et on le constate avec certaines personnes, lorsqu’elles reviennent nous voir après une longue période d’absence », exprime avec regret la directrice.

Il est possible de faire un don à l’organisme en se rendant directement sur le site entraideplus.org. « Un reçu est émis automatiquement au donateur, parce que c’est un organisme de bienfaisance », de préciser Mme Blanchard.

Question aux lecteurs :

Êtes-vous un aîné ayant souffert ou qui souffrez de l’isolement ?

Partager cet article