Une saison inespérée pour le volleyeur Hugo Rosso-Bonneau

Une saison inespérée pour le volleyeur Hugo Rosso-Bonneau

Hugo Rosso-Bonneau (à droite) et son coéquipier Simon Fecteau-Boutin ont connu une saison au-delà des espérances.

EXPLOIT. Le joueur de volleyball de plage, Hugo Rosso-Bonneau, a connu une saison au-delà des attentes, remportant haut la main chacun des quatre tournois du Circuit Québec Excellence, en plus de devenir champion canadien senior à North Bay, à la fin août

«C’est un peu un conte de fées, admet le Richelois de 24 ans. Sans vouloir me vanter, mon partenaire, Simon Fecteau-Boutin, et moi avons vraiment dominé. On a seulement perdu un set.»

Hugo et Simon ont remporté le tournoi de Sherbrooke, les deux compétitions organisées à Sainte-Agathe-des-Monts puis l’Open de Boucherville.

L’étudiant au baccalauréat en histoire à l’Université de Sherbrooke a commencé le volleyball de plage il y a neuf ans. Ses parents, friands du sport, l’ont inscrit à un camp d’été, qui a servi de bougie d’allumage.

«Des joueurs du circuit excellence m’ont remarqué, raconte celui qui fait aussi partie de l’équipe de volleyball intérieur du Vert et Or de l’Université de Sherbrooke. Je suis un joueur qui contrôle bien le ballon. Le vent, les 35 °C et toutes les intempéries, ça ne me dérange pas vraiment.»

Chimie d’équipe

Hugo Rosso-Bonneau ne tarit pas d’éloge envers son coéquipier, Simon Fecteau-Boutin. Ils ont fait équipe pour la première fois cette année lors d’un tournoi à Plattsburgh.

«Il venait de se faire choker et il m’a proposé de jouer avec lui, explique Hugo. Il m’a fait beaucoup performé. Simplement sur les choix de jeu, sur la posture, il m’a beaucoup appris. Si on met la balle profondément, ça nous donne le temps de nous replacer défensivement.»

Après avoir tout raflé sur le Circuit Excellence, le duo vise encore plus haut pour la saison prochaine. Son objectif ultime est de participer à une compétition organisée par la North, Central America and Carribean Volleyball Confederation (NORCECA). Amasser des points à ce niveau lui permettrait de se faire un nom sur la scène internationale et peut-être un jour être invité à des tournois d’envergure.

«Pour se rendre à l’international, il y a plusieurs étapes, explique Hugo. Premièrement, tu dois gagner au provincial. Ensuite, tu dois bien performer aux championnats canadiens pour te qualifier avec ton pays et participer à des évènements de la NORCECA.»

Un des meilleurs entraîneurs

Hugo Rosso-Bonneau est bien entouré non seulement sur le terrain, mais aussi à l’entraînement.

Il a la chance d’être suivi par Vincent Larivée, qui a aussi entraîné la double Olympienne Annie Martin pour les Jeux olympiques d’Athènes et de Londres.