Une saison chamboulée avant le début

Photo de Martine Veillette
Par Martine Veillette
Une saison chamboulée avant le début
L’Association de hockey mineur de Chambly est sur pause pour près d'un mois. (Photo : courtoisie)

Avant même d’avoir débuté, la saison de hockey mineur est déjà mise à l’épreuve. Les organisations avaient tout préparé pour l’entamer de façon sécuritaire, mais l’annonce du gouvernement est venue tout changer.

La ministre déléguée à l’Éducation, Isabelle Charest, qui s’occupe du volet Sport et Loisir, a annoncé le 5 octobre que toutes les activités associatives devaient cesser du 8 au 28 octobre dans les villes situées en zone rouge. Pour la région, il s’agit de Chambly, Carignan, Richelieu et Saint-Mathias-sur-Richelieu. Seules les activités individuelles, en groupe de deux ou avec la « bulle familiale », sont permises. La ministre Charest, ancienne athlète professionnelle, a souligné partager la déception des jeunes et de leurs parents, précisant qu’il s’agissait d’une mesure temporaire.

Cette annonce a pour incidence d’obliger l’Association de hockey mineur de Chambly à mettre sa saison sur la glace au moins jusqu’au 28 octobre. « Beaucoup de larmes ont coulé, affirme Daniel Goedike, président. On voyait ça bien que les enfants puissent socialiser dans un contexte sportif. Ça reste un rassemblement. On a répondu à l’appel et on va s’assurer que c’est sécuritaire. » Il précise que l’association a connu une hausse des inscriptions, « signe que les enfants voulaient se dégourdir ».

« On voyait ça bien que les enfants puissent socialiser dans un contexte sportif. » – Daniel Goedike

Du côté de l’Association de hockey Rouville, toute la liste des équipes doit être revue, puisqu’une cinquantaine de joueurs viennent de Richelieu et de Saint-Mathias-sur-Richelieu, qui sont en zone rouge. Ces athlètes ne peuvent plus pratiquer des sports d’équipe ni se déplacer à l’aréna Julien-Beauregard, à Marieville, qui est en zone orange. Les autres municipalités de l’association sont en zone orange.

« On travaille un scénario en espérant que ça reste orange. Si l’on devient rouge, la seule chose qui est permise, c’est de jouer en duo. C’est impensable de maintenir les activités », soutient Yan Verhoef, président.

L’association en est à remodeler les équipes afin d’isoler les joueurs venant de Richelieu et de Saint-Mathias-sur-Richelieu. Il sera plus facile de les intégrer ou non, selon la situation.

L’autre particularité pour ces deux associations, c’est qu’elles partagent les joueurs de niveau élite. Ces hockeyeurs évoluaient à Chambly. « On travaille pour former des équipes à Marieville pour que les joueurs puissent rencontrer des équipes de Saint-Hyacinthe ou de Saint-Jean-Sur-Richelieu », indique M. Verhoef.

Une saison plus locale

Ce qui est prévu cette saison est davantage axé sur des apprentissages techniques. Quelques parties contre des équipes de villes avoisinantes sont aussi au programme. La durée des parties a été réduite à 50 minutes, plutôt que les 90 minutes habituelles.

Peu ou pas de tournois étaient à l’horaire des différentes équipes. Ceux organisés dans la région sont soit déjà annulés ou le seront, soit relancés avec une formule plus locale.

Les groupes avaient été divisés pour être plus petits afin de respecter la distanciation. Ce qui a mis de la pression sur les personnes qui s’occupent de préparer les horaires. «C’est un challenge énorme », souligne M. Goedike, tout en saluant le travail de Denis Haché pour son association.

Impact financier

La COVID a eu des répercussions financières pour les associations, qui ont dû respecter les mesures.

À Chambly, 8000 $ ont été dépensés pour l’achat d’équipement de protection. L’association a eu la chance d’obtenir une commandite de Sports Experts pour que chaque joueur ait une gourde. M. Goedike souligne avoir reçu de l’aide de la Ville de Chambly, un don de la Légion royale canadienne, qui a cessé ses activités, et une commandite de Métro Collin.

Du côté de Rouville, M. Verhoef affirme que la saison 2020-2021 a coûté 75 000 $ supplémentaires, sans compter l’arrivée de la zone rouge. Il estime que le budget sera à revoir. L’association a calculé le montant par semaine qui sera remboursé pour les enfants qui ne peuvent jouer. Le remboursement sera effectué à la fin de la saison selon le nombre de semaines manquées.  Les deux associations ont également reçu des demandes pour des remboursements d’inscriptions pour la saison.

 

Les villes ferment leurs installations sportives

Devant cette nouvelle annonce du gouvernement, les villes situées en zone rouge se sont vues dans l’obligation de fermer leurs installations sportives.

À Chambly, les activités se déroulant au Centre sportif Robert-Lebel, les heures de glace louées par la Ville au Centre Isatis Sport Chambly et les activités du Centre aquatique de Chambly sont suspendues jusqu’à nouvel ordre. Les activités physiques, sportives, de loisir ou de plein air dans les lieux publics extérieurs, tant ouverts que fermés, les rassemblements de personnes pour la pratique libre d’activités de loisir et de sport sont également interdits. Les parcs et les espaces verts, les terrains de tennis en pratique libre et les terrains de basketball en pratique libre demeurent ouverts.

La Ville de Richelieu annonce être dans l’obligation de fermer toutes les salles et tous les plateaux sportifs durant toute cette période.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires