Une récolte record à la guignolée de Marieville et Sainte-Angèle

Par Martine Veillette
Une récolte record à la guignolée de Marieville et Sainte-Angèle
Des employés d’Équipopule ont fait du bénévolat dans le cadre de la guignolée. (Photo : courtoisie)

Les membres des Chevaliers de Colomb sont heureux de la récolte amassée lors de la guignolée dans les rues de Marieville et de Sainte-Angèle-de-Monnoir le 7 décembre.

Selon le responsable, Maurice Gladu, il s’agit de la meilleure récolte des dernières années. « On a reçu 35 000 $ en argent et le tiers de plus en denrées, soit l’équivalent de 18 000 $ en denrées, se réjouit-il. C’est 2500 $ de plus que l’an passé. Pour une population de 10 000, c’est très bon. »

M. Gladu a profité de cette tribune pour remercier la population de sa générosité. Il souligne que les Chevaliers de Colomb s’occupent de la guignolée depuis plus de cent ans. Il y est depuis une dizaine d’années.

L’organisation a pu compter sur la contribution des pompiers, qui ont effectué un barrage routier. Ils ont amassé plus de 10 000 $. Le porte-à-porte a permis de récolter près de 9000 $. Le reste est venu de commanditaires, dont la Ville de Marieville et les députés.

Plus de demandes

Les Chevaliers de Colomb ont confectionné et remis 90 paniers composés de denrées non périssables et de bons-cadeaux échangeables dans les épiceries contre de la nourriture.

« C’est 2500 $ de plus que l’an passé. Pour une population de 10 000, c’est très bon. » – Maurice Gladu

Selon le responsable, ce nombre a pris de l’importance avec les années. « Quand j’ai commencé, on faisait entre 25 et 40 paniers. On reçoit de plus en plus de demandes de différentes personnes. On n’aide pas seulement des personnes qui sont sur le bien-être. Il y a des familles dont les deux parents travaillent au salaire minimum. Ce n’est pas assez », dit-il. Selon lui, ces paniers apportent « un gros baume » dans la vie de ceux qui les reçoivent.

À l’année

Les Chevaliers de Colomb aident aussi le Centre d’action bénévole la Seigneurie de Monnoir pour la confection de paniers et l’aide alimentaire tout au long de l’année. Ils leur envoient notamment les surplus récoltés lors de la guignolée.

« On n’aide pas juste pendant une journée, souligne-t-il. On aide lors de la rentrée scolaire et en dépannage durant l’année en donnant des bons alimentaires. »

Bénévoles

L’organisation a pu compter sur l’aide de 225 bénévoles pour sillonner les rues de Marieville et de Sainte-Angèle-de-Monnoir afin de recueillir les dons.

M. Gladu note la présence d’élèves de l’école secondaire Monseigneur-Euclide-Théberge, à Marieville, des cadets, d’employés de l’entreprise Équipoule et des pompiers des deux municipalités.

Une vingtaine de bénévoles sont présents pour la remise des paniers.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de