Une proximité entre un élu et l'administratif dénoncée par le maire de Chambly en 2013

Photo de Frédéric Khalkhal
Par Frédéric Khalkhal
Une proximité entre un élu et l'administratif dénoncée par le maire de Chambly en 2013
(Photo : archives)

Contesté entre autres pour la proximité que le maire de Chambly a avec la directrice générale adjointe de la Ville, Denis Lavoie aurait évoqué les mêmes raisons pour expulser de son parti, en 2013, un ancien élu.
Le directeur général de Chambly, Michel Larose, s’indigne de voir l’opposition « dénigrer » son travail et celui de la trésorière, directrice générale adjointe et directrice des ressources humaines, Annie Nepton.
Il a rappelé au Journal de Chambly qu’en 2007, « Steeves Demers, a appuyé la résolution d’embauche de Mme Nepton, et il l’a fait à plusieurs autres reprises », explique le directeur général. M. Demers était alors membre d’Action Chambly, le parti du maire Denis Lavoie. En 2013, M. Demers était exclu d’Action Chambly pour entre autres être trop proche de certains cadres de l’administration de la Ville.
Le 31 janvier 2013, le Chambly Express citait Denis Lavoie, qui expliquait la chose en mentionnant que M. Demers entretenait des liens d’amitié avec un membre du personnel cadre dont le nom à l’époque n’a pas été dévoilé. M. Lavoie prétendait alors dans l’article qu’ « il n’est jamais souhaitable que le politique se lie d’amitié avec l’administratif. Cela engendre bien souvent des conflits d’intérêts dans la prise des décisions. On doit toujours passer les intérêts de la Ville avant ceux d’ordre personnel. M. Demers a clairement manqué à une de nos valeurs en prenant des engagements qui sont non conformes aux règlements juridiques et nous ne pouvions tolérer la situation. »
Les mêmes reproches
Aujourd’hui, il est reproché au maire de Chambly sa proximité avec Mme Nepton.

« Il n’est jamais souhaitable que le politique se lie d’amitié avec l’administratif. Cela engendre bien souvent des conflits d’intérêts dans la prise des décisions. On doit toujours passer les intérêts de la Ville avant ceux d’ordre personnel. »
– Denis Lavoie

Contacté par le Journal de Chambly, le maire a indiqué que « M. Demers a été expulsé pour différents facteurs au pluriel. Un de ces facteurs était la perte d’objectivité et d’avoir renié ses engagements et non le fait de ses amitiés. Amitiés que nous (membres d’Action Chambly) étions au courant depuis 2010. »
Confirmation des motifs
Contacté par le Journal pour savoir si ce motif lui avait été mentionné pour son expulsion d’Action Chambly, Steeves Demers confirme que c’est le cas. « C’est en effet un des motifs que l’on m’a reprochés. Je me rappelle de cette citation, qui avait fait beaucoup jaser à l’époque, parce que tout le monde parlait de la relation qu’il entretenait avec la directrice générale adjointe, cela faisait beaucoup rire de lui remettre cette citation en plein visage, parce que si moi j’avais une amitié avec l’ancien directeur général Jean Lacroix, lui, il a développé beaucoup plus avec la directrice des finances, c’est clair. »
Dans un courrier reçu à l’époque par M. Demers, il est indiqué sous la signature de Denis Lavoie et d’autres membres de son parti : « Action Chambly/Équipe Denis Lavoie a comme valeur de s’assurer de toujours être en recherche de la conformité des actes posés. Vous avez par intérêt personnel choisi délibérément d’ignorer la raison d’être de notre engagement. Vous avez mélangé les intérêts de la Ville et les vôtres. Il est temps pour vous d’assumer vos actes. »
Le renvoi de Jean Lacroix
Il est possible de lire entre autres dans la résolution votée le 19 novembre 2013, menant au renvoi de l’ancien directeur général de la Ville, qu’une des fautes mentionnées est « l’ingérence politique auprès d’élus, violant ainsi son devoir de neutralité politique. » M. Lacroix a contesté son licenciement devant les tribunaux et aucun jugement n’a encore été rendu.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de