Une progression de haut niveau

Photo de Jean-Christophe Noël
Par Jean-Christophe Noël
Une progression  de haut niveau
Justine Miclette. (Photo : archives)

Chambly a dans sa cour l’un des plus grands talents au monde en patinage artistique en la personne de Justine Miclette.

La Chamblyenne Justine Miclette est de retour d’Estonie depuis quelques semaines. Elle y a terminé 21e lors des Championnats du monde juniors de patinage artistique 2022. C’est riche d’une expérience internationale et d’une motivation supplémentaire qu’elle en revient alors qu’elle a compétitionné contre la crème de son sport. « C’était agréable de vivre cette expérience en groupe », émet la sportive, qui a tissé des liens avec différents athlètes du pays. Elle décrit le programme court qu’elle a présenté sur place. « J’ai fait une pas pire job à travers quelques erreurs », dépeint celle dont la performance lui a permis de se qualifier pour le programme long. « Le programme long, je dirais que ce n’était pas une bonne performance, mais j’ai appris beaucoup pour l’année prochaine », communique avec maturité la jeune femme de 15 ans qui se dit prête à travailler fort en vue des Championnats du monde de 2023.

En janvier dernier, la jeune femme avait été sacrée championne au pays lors des Championnats nationaux Canadian Tire de patinage 2022 à Ottawa dans la catégorie junior femme. Meilleure au pays, cette concrétisation constitue l’événement marquant de sa carrière. « C’est complètement fou! Je n’y croyais pas au début. Tu es vraiment fière de toi », considère l’élite canadienne de sa catégorie.

« J’ai mis le patin dans mon pied et je n’ai pas voulu l’enlever. » – Justine Miclette

La saison morte bat son plein pour Justine Miclette. Ses prochaines compétitions auront lieu à la fin du mois de juillet.

Une grande patineuse

C’est vers l’âge de trois ans que la Chamblyenne a enfilé sa première paire de lames. Alors qu’elle attendait avec ses parents qui magasinaient du matériel de hockey pour l’un de ses frères aînés, la petite Justine est allée chercher un patin déposé sur un présentoir. « J’ai mis le patin dans mon pied et je n’ai pas voulu l’enlever », explique-t-elle. Devant le fait accompli, ses parents l’ont ensuite inscrite au patinage artistique.

Après quelques années, elle se découvre un talent. Dans le but de le développer, elle y consacre beaucoup de temps. L’étudiante en Sports-études à l’école secondaire De Mortagne patine trois heures par jour, cinq jours par semaine. S’ajoutent à cela cinq heures d’entraînement hors glace hebdomadairement. « Je dirais que j’ai une vie assez normale malgré mes entraînements », confie la patineuse qui, par amour pour son sport, ne voit pas cela comme un sacrifice. Toutefois, elle a dû faire un choix entre le patin et la danse, autre discipline dans laquelle elle aime s’exprimer.

Le sport peut être ingrat et cruel. Parfois, les résultats ne sont pas à la hauteur des efforts consacrés. « Quand une compétition va moins bien, tu peux vouloir lâcher. Mais tu te rappelles pourquoi tu patines et le lendemain, tu travailles plus fort et ça va mieux; c’est un cycle », dit Justine Miclette avec conviction. Le triple loop constitue le saut le plus difficile à effectuer pour elle. « C’est le dernier triple que j’ai atterri. C’est un peu plus dur pour moi. Les sauts piqués, comme le triple flip, sont plus faciles pour moi », confie-t-elle.

Kaetlyn Osmond, médaillée de bronze en patinage artistique féminin aux Jeux olympiques d’hiver de PyeongChang 2018, est le modèle qui inspire Justine Miclette.

Du talent et de l’engagement

Annie Caron, présidente du Club de patinage artistique (CPA) de Chambly, avait parlé au journal de Justine Miclette. Au-delà des aptitudes physiques, Mme Caron avait reconnu en Justine Miclette un engagement et une implication rares provenant d’une athlète de son calibre, envers les jeunes du Club. « C’est vraiment important pour moi d’enseigner aux jeunes du CPA pour qu’ils poursuivent leurs rêves. Je veux qu’ils aient une passion et qu’ils apprennent à la travailler; j’aime beaucoup enseigner aux jeunes », complète Justine Miclette.

Glisser, danser et flotter sur la glace la font vibrer. C’est là qu’elle se sent elle-même. Dans sa mire, elle fera l’étendue de tout son talent en 2026, lors des Olympiques de Milan.

Partager cet article