Une première expérience

Photo de Frederic Khalkhal
Par Frederic Khalkhal
Une première expérience
Alexandre Guay a fini à la 491e place sur 3585 participants à l'Ironman 70.3 à St. George en Utah. (Photo : (Photos : courtoisie))

Alexandre Guay, résidant de Chambly depuis deux ans, a participé, le samedi 29 octobre, au championnat du monde Ironman 70.3 à St. George en Utah.

Alexandre Guay, 30 ans, s’est qualifié pour participer au championnat du monde Ironman 70.3 à St. George en Utah, aux États-Unis, qui a eu lieu le 29 octobre. Déjà une performance en soi. « J’ai terminé 491e sur 3585 participants. Je suis dans le premier 15 % avec un meilleur temps que ce que je pensais », de nous indiquer l’athlète de retour à Chambly. Avec un temps de 4 h 35 min 45 s, il se sera fait distancer de moins d’une heure par le gagnant de la compétition pour parcourir les 113 km du parcours, soit 1,9 km de natation, 90 kilomètres de vélo et 21,1 km de course à pied.

« Je ne suis pas professionnel. Ce sport, pour moi, ce n’est que des dépenses, aucun revenu. C’est de la pure passion. » – Alexandre Guay

L’Ironman 70.3 est une compétition de triathlon dérivée de l’Ironman appelé aussi Half Ironman. L’appellation « 70.3 » vient de la distance totale de la course en miles.

Par pure passion

Alexandre s’est mesuré aux meilleurs de la discipline par pure passion. « Je ne suis pas professionnel. Ce sport, pour moi, ce n’est que des dépenses, aucun revenu. C’est de la pure passion. » C’est à la force des bras et des jambes qu’il a gagné sa qualification en Utah, terminant 3e au classement général du triathlon de Montréal qui a eu lieu en juin.

Pour y arriver « C’est beaucoup d’investissement de temps et d’argent. Par semaine, j’ai environ 30 heures d’entraînement, et cela fait plusieurs années que je cours. Pendant l’été, c’est la piscine ». Alors qu’il s’attendait à courir sous des températures estivales, le thermomètre affichait exceptionnellement 1oC au matin de la course. « Il fait normalement 30oC à cette période. Je ne m’y attendais pas. J’avais dans ma valise des affaires courtes, j’ai dû acheter des pantalons. »

Entouré de près de 4000 athlètes, le Chamblyen vivait sa première expérience sur un parcours international réunissant les meilleurs. En terminant 491e, l’objectif est plus que réussi. « J’étais avec les meilleurs au monde. J’ai un bon vélo, mais il est assez modeste face aux meilleurs, qui ont des vélos à 15 000 $. Cependant, je suis dans le premier 15 %. »

La prochaine destination pour l’athlète sera le marathon de Boston l’an prochain.

Partager cet article