Une période difficile pour les commerçants

Par Martine Veillette
Une période difficile pour les commerçants
Sébastien Dion, président de la Chambre de commerce et d’industrie du Bassin de Chambly. (Photo : archives)

Les commerçants et les entrepreneurs sont touchés de plein fouet par les mesures de contingence liées au coronavirus. Plusieurs ont été forcés de fermer leurs portes temporairement et pour une durée indéterminée.

Le président de la Chambre de commerce et d’industrie du Bassin de Chambly (CCIBC), Sébastien Dion, ne pouvait pas le chiffrer. Il précise qu’il « n’y a pas eu de contestation, les gens comprennent la situation ».

Cependant, cette fermeture obligatoire entraînera certainement des faillites. « Ça va dépendre de la longueur de la crise. Si l’on s’en sort dans les prochaines semaines, ça pourra aller. C’est difficile pour plusieurs commerces. Comme janvier et février sont généralement plus difficiles, on espérait un printemps hâtif. On espère que la crise sera résorbée rapidement », indique M. Dion.

Il indique dans un communiqué que « les entreprises de notre territoire sont en mode survie et elles voient déjà leurs profits diminuer à mesure que le temps avance. Comme toujours, les commerçants et entrepreneurs de la région font preuve d’ingéniosité et de créativité pour passer à travers ces circonstances sans précédent ».

« Comme janvier et février sont généralement plus difficiles, on espérait un printemps hâtif. On espère que la crise sera résorbée rapidement. »
– Sébastien Dion

Des actions

La CCIBC a déjà commencé à mettre en place des actions concrètes pour valoriser les produits et les services qui sont encore offerts dans la région pendant la crise. La première action est simple : la CCIBC invite ses citoyens à encourager les entreprises locales lorsque cela est possible.

Pour ce faire, elle a créé le mouvement « Pensez local, solidaires plus que jamais! », qui a pour but de mettre en relation, en ligne, tous les membres de la CCIBC pour faciliter la création de cette chaîne de solidarité. Elle permet aux  les membres de la communauté d’affaires afin de dialoguer et de recueillir leurs commentaires, observations et suggestions sur leur réalité. La CCIBC souhaite ainsi « mettre en valeur les initiatives de solidarité entre commerçants, industries, professionnels et OBNL en soulignant les exemples concrets de ces initiatives sur le terrain ».Elle invite les membres à faire part de leur réalité, de leurs besoins et des solutions trouvées pour pallier la crise.

Des commerçants ont également mis en place certaines actions. Parmi eux, certains restaurateurs ont pris la décision de fermer leur salle à manger, afin de limiter la propagation du virus, tout en restant ouverts grâce à l’instauration d’un service de livraison. Ils peuvent ainsi écouler leurs produits tout en offrant un service à la communauté. Par exemple, le restaurant Barcelos a décidé d’utiliser la porte latérale de son commerce pour toutes les commandes à emporter. Les clients n’ont même pas à sortir de leur voiture.

« Il se passe de quoi sur le terrain! souligne le président de la CCIBC. Dans toute crise, il y a des opportunités. Certains offrent maintenant l’achat en ligne, d’autres, la livraison. »

La CCIBC prévoit un plan de relance avec les municipalités afin que tous soient prêts lorsque ce sera le temps.

Ferme Guyon

M. Dion, qui est aussi propriétaire de la Ferme Guyon, mentionne que le volet épicerie est toujours ouvert avec des mesures d’hygiène accentuées. Il offre aussi la possibilité aux entrepreneurs locaux, tels les marchands d’épices ou de chocolat, la possibilité d’y vendre leurs produits.

Pour l’instant, les visites de la fermette ou de la papillonnerie sont impossibles. La programmation d’activités est également en suspens. Le propriétaire demeure en alerte afin d’être prêt lorsqu’il pourra rouvrir ses installations.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires