Une discipline qui récompense

Photo de Jean-Christophe Noël
Par Jean-Christophe Noël
Une discipline qui récompense
Justin Roy trône sur le podium avec son maillot blanc quadrillé lors de la finale de la Coupe Québec, qui s’est terminée le 4 août à Boucherville. (Photo : courtoisie)

Justin Roy, un Carignanois de 14 ans, a gravi la plus haute marche du podium de la Coupe Québec, qui se concluait le 4 août à Boucherville.

Au cumulatif des cinq événements, Justin Roy a été sacré grand champion des Minimes U15. Le jeune homme, qui évolue de façon compétitive depuis seulement deux ans, avait vécu une première année déjà bien prometteuse.

« J’ai cumulé plusieurs deuxièmes et troisièmes places l’an passé malgré le fait que je faisais partie des plus jeunes de ma catégorie. J’ai également mis la main sur la médaille d’or aux Jeux du Québec au contre-la-montre par équipe », indique l’athlète dont la courte carrière étonne déjà.

Mardis cyclistes

Se bouclait, le 13 août, la 42 édition des prestigieux Mardis cyclistes de Lachine. S’échelonnant sur dix mardis, l’événement définissait le vainqueur par un système de pointage. À l’issue de ses six premières places, de ses trois deuxièmes places et d’un troisième rang, l’étudiant, qui amorcera sous peu sa troisième secondaire, a bouclé l’aventure vêtu du maillot jaune. Un rendement digne de celui d’un Miguel Indurain, légende jaunement habillée maintes fois au fil de sa carrière.

Objectifs

Dans un avenir plus que rapproché, Justin participera cette semaine aux Championnats québécois de Saint-Georges, en Beauce, la plus grosse course de l’année.

« Éventuellement, j’aimerais participer aux Championnats canadiens et aux Championnats du monde. Un membre de mon club y participe et il n’a que trois ans de plus que moi, alors c’est un objectif que j’envisage », explique l’éloquent cycliste dont la maturité résonne dans la voix.

« Remco Evenepoel, sur la scène professionnelle, est un cycliste que j’admire. Il n’a que dix-neuf ans et a remporté de grandes courses classiques d’Europe. Dix-neuf ans, c’est moi dans cinq ans. »

Entraînement

Pour ce faire, Justin Roy ne lésine par sur les efforts. Le succès ne tombe pas du ciel et n’est pas le fruit du hasard. Ses semaines sont constituées de six jours de cyclisme, sous différentes formes, à de multiples cadences. Même si l’arrimage entre études, vie sociale et entraînement n’est pas chose simple, l’appel du pédalier se fait plus fort et insistant.

« Éventuellement, j’aimerais participer aux Championnats canadiens et aux Championnats du monde. » – Justin Roy

Maman impressionnée

« Je suis fière, mais surtout impressionnée par la discipline et l’investissement qu’il y consacre. Il suit son plan d’entraînement, surveille son alimentation, se couche tôt, tous des éléments qui le mènent à sa réussite. En tant que parent, on souhaite tous que nos enfants se trouvent une passion dans le but de les soutenir sans les pousser », rapporte Nathalie Berthiaume, l’engagée maman qui souligne au passage les compromis que fait la grande sœur de Justin, elle-même impliquée dans le sport équin, afin de lui laisser plus de place en cette fructueuse année.

Dopage

Ayant marqué l’imaginaire des amoureux de cyclisme, l’histoire de dopage entourant Geneviève Jeanson et l’univers du vélo compétitif, à une certaine époque, plane encore tel un spectre indissoluble malgré le temps qui s’écoule.

« À notre âge, ce n’est pas un problème. On est bien encadrés par nos parents, par nos clubs. On souhaite gagner par nos propres moyens et non à cause de substances », renchérit la jeune force de la nature.

« Il est important d’en parler ouvertement avec nos enfants, car nous sommes le principal canal de sensibilisation. Ce sont des valeurs qui doivent être véhiculées et inculquées aux jeunes par les entraîneurs également. Il est important de demeurer près d’eux », conclut la maman qui, dans tout ça, se transforme en conductrice de taxi plus souvent qu’à son tour.

 

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de