Une confiance inébranlable au sein du Bloc

Photo de Jean-Christophe Noël
Par Jean-Christophe Noël
Une confiance inébranlable au sein du Bloc
Les sympathisants du Bloc québécois de la circonscription de Beloeil-Chambly sont réunis à La Maison amérindienne. (Photo : Jean-Christophe Noël)

En avant dans les sondages depuis le tout début de la campagne, le Bloc québécois et ses sympathisants de la circonscription de Beloeil-Chambly empruntent cette dernière courbe électorale habités d’une confiance inébranlable.

Nichés au musée La Maison amérindienne à Mont-Saint-Hilaire, les partisans sont attentifs. Ils suivent ce qu’il adviendra de celui qu’ils souhaitent pour député  dans leur circonscription en Yves-François Blanchet. La fébrilité est palpable, les sourires foisonnent, la fraternité se veut naturelle. « Je suis très confiant.  J’ai toujours aimé l’approche de M. Blanchet. J’ai pu le voir en action. Il est très attentif. Il a une certaine facilité avec les gens qui est sincère », vante Frédéric Bourbeau, l’un des premiers disciples du Bloc arrivés sur les lieux.

«  Je suis confiante. Je viens célébrer la victoire que l’on espère et suivre les résultats », mentionne Dominique Laliberté qui a offert de son temps pour le Bloc pendant la campagne en passant quelques coups de téléphone et en faisant du porte-à-porte.

« J’espère que les Québécois vont comprendre que le Québec dans le Canada, ça ne marche pas », fait à son tour part Ghislain Bouchard, un citoyen appuyant le Bloc.

« J’aborde cette soirée avec beaucoup de confiance. Je ne sais pas par contre si on va atteindre notre objectif de 40 députés mais je ne pense pas que nous descendrons plus bas que ce que nous avons déjà », partage Marie-Sophie Millette, citoyenne de Marieville.

36 jours de campagne électorale

Échelonné sur 36 jours, le calendrier de la campagne électorale tire à sa fin. « Ça a été une campagne un peu sage, sans surprises, jusqu’au débat. Ça s’est mis à prendre un certain momentum. Côté Bloc, je trouve que nous avions une position bien définie, claire. Le débat en anglais a donné un petit coup sur l’accélérateur. Ça a réveillé des gens qui trouvaient que c’était un peu endormant », exprime M. Bourbeau.

« Je trouve qu’il n’y aurait pas dû y avoir d’élections en premier lieu. Je trouve M. Blanchet pragmatique. C’est un homme qui se tient debout. Je considère qu’il a des solutions comparativement aux autres », définit M. Bouchard, alors que la fermeture des bureaux de vote sonne.

« On ne les voulait pas ces élections. J’ai du vécu : cette campagne était moche. Ce n’était pas très intéressant. Ce sont les mêmes idées qui ont été brassées », renchérit aussi Mme Laliberté, insatisfaite des élections que les libéraux ont déclenchées.

« J’ai trouvé que c’était une campagne inutile mais qui s’est bien déroulée pour le Bloc québécois », boucle Mme Millette.

Au moment d’écrire ces lignes, 10 candidats du Bloc étaient en avance dans leur circonscription respective. Aucun n’était élu.

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires