Une clinique à Chambly?

Photo de Julien Dubois (Initiative de Journalisme Local)
Par Julien Dubois (Initiative de Journalisme Local)
Une clinique à Chambly?
La clinique pourrait accueillir 30 médecins. (Photo : archives) (Photo : (Photo : archives))

Chambly L’assemblée du conseil de mardi dernier a éclairci plusieurs points, notamment sur l’avenir du bar-motel Mon Repos ainsi que celui du projet d’une clinique à Chambly.

Que deviendra Mon Repos?

Le bar-motel Mon Repos, situé sur l’avenue Bourgogne à proximité du fort de Chambly, change de propriétaire. Depuis plusieurs semaines, le projet immobilier interroge la population. Un hôtel? Des condos? Un citoyen est venu poser la question au conseil municipal et a confié son inquiétude : « On parle d’un immeuble de six étages.

Cela me paraît inapproprié de construire une tour aussi haute dans un paysage au bord du bassin. Qu’en est-il de la vue sur l’eau? Du paysage? De plus, l’architecture du bâtiment principal est d’époque. Sera-t-il préservé? Il me semble surprenant qu’aucune étude patrimoniale n’ait été réalisée. » Sur tous ces points, la mairesse Alexandra Labbé s’est voulue rassurante : « Les éléments patrimoniaux ont déjà été vus, on ne touchera pas au bâtiment principal. Peu importe le projet, le conseil municipal aura le dernier mot pour ces sujets-là. Concernant les six étages, c’est un exemple que nous avons mis sur Internet pour que la population puisse se donner une idée. On n’est pas rendus à une tour aussi imposante. Pour dire vrai, nous n’avons pas encore de projet immobilier sur la table. »

Une clinique sur De Périgny?

Le conseil municipal nourrit l’espoir d’accueillir une clinique prochainement à Chambly. Luc Ricard a abordé le sujet à la fin de l’assemblée : « On sait déjà où l’on pourrait l’implanter. Ce sera à l’intersection des boulevards De Périgny et Simard. On a répondu à l’appel d’offre du Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS). » Pour l’élu municipal, ce projet est une nécessité : « On a besoin de médecins et cette structure pourra en accueillir trente! De plus, le projet implique une affiliation universitaire. »

L’itinérance

L’élu municipal Serge Savoie intègre désormais la Table de l’itinérance afin de représenter Chambly : « Comme son nom l’indique, c’est une assemblée pour discuter et prévenir l’itinérance, explique-t-il. Je siégeais déjà à cette table dans le passé pour un organisme communautaire. » Selon M. Savoie, l’itinérance existe à Chambly : « Mais elle est plus discrète qu’à Montréal ou à Saint-Jean. Ce ne sont pas des personnes qui mendient sur la route. C’est une itinérance cachée. Certaines personnes dorment dans leur voiture, par exemple. La crise qui touche le logement a aggravé les choses. Notre travail est d’éviter que cette itinérance s’aggrave en aidant les personnes touchées, en les dirigeant vers les bons organismes ou en trouvant les meilleures ressources. »

La séance de questions

L’atmosphère s’est tendue à plusieurs reprises pendant l’assemblée du conseil. Au début et à la fin de la réunion, une séance de questions posées par les citoyens aborde tous les sujets concernant la commune. Néanmoins, plusieurs remarques ont trouvé une fin de non-recevoir de la mairesse Alexandra Labbé : « C’est une atteinte à la démocratie », lance Line Roberge, du Mouvement citoyen de Chambly. Cette dernière souhaitait des réponses sur le projet Lumicité et la démolition prévue d’une maison « potentiellement patrimoniale ». Interrogée en fin d’assemblée, la mairesse se défend de toute objection à la liberté de parole : « Les informations que l’on donne durant ce temps sont d’intérêt général. Ce n’est ni le moment ni le lieu pour les attaques personnelles. Quand arrive le stade des opinions des gens, je préfère couper court. Que cherchent les gens qui m’attaquent? Des excuses? Je leur propose de présenter leurs idées lors de la prochaine campagne électorale. Il faut éduquer les gens pour qu’ils comprennent que ces séances sont pour donner de l’information pour tous. » Alexandra Labbé explique qu’elle est aussi disponible en privé ou lors de consultations publiques : « On peut venir me parler en privé, aucun problème. Lors des réunions publiques, la population communique. J’essaie d’être le plus neutre possible. D’ailleurs, je demande aux personnes de ne pas applaudir après l’intervention d’un citoyen, car si un autre souhaite apporter une contradiction, il va se sentir mal de prendre le micro. »

Honorés

Benoît Therriault et Vincent Fortin ont été décorés citoyens d’exception de la Ville de Chambly. Les deux hommes collaborent en tant que coréalisateurs et responsables des effets spéciaux pour le film d’animation Canary. L’œuvre a été retenue lors du Festival de Toronto et sera présentée dans différents festivals en Europe avant de postuler pour les Oscars d’Hollywood.

Partager cet article