Une année supplémentaire bénéfique pour Snow Angel

Par Martine Veillette
Une année supplémentaire bénéfique pour Snow Angel
Catherine Bérubé joue dans l’émission Épidémie. (Photo : courtoisie - Yan Turcotte)

La comédienne Catherine Bérubé et son conjoint Gabriel Allard entament la dernière ligne droite avant le tournage de leur premier long métrage, Snow Angel. Ce moment a été repoussé d’un an et selon l’actrice, c’était la meilleure chose à faire.

Le couple devait initialement effectuer le tournage en Gaspésie, en mars 2019. Finalement, le duo a pris la décision de retarder d’un an afin de trouver le financement nécessaire. « On a presque bouclé le financement. On a amassé 220 000 $ sur les 250 000 $ », mentionne l’actrice originaire de Chambly.

Cette année supplémentaire a également permis de revoir le scénario avec l’aide de l’auteur Louis-Philippe Tremblay. « Le scénario a pris une coche en amélioration », avoue-t-elle.

L’équipe, qui n’est pas encore complète, s’est aussi agrandie dans la dernière année. Deux personnes s’y sont jointes à titre de producteurs, soit Marc Lapointe et Laurent Allaire. « C’est merveilleux. On portait tous les chapeaux, mais éventuellement, Gabriel devra réaliser et moi, jouer », mentionne-t-elle. Des comédiens sont encore à trouver, mais un est déjà connu, soit Patrick Labbé. Une autre est en voie d’être confirmée. Le film compte six personnages importants, dont celui de Catherine Bérubé.

De son côté, l’actrice a poursuivi l’entraînement en planche à neige et peaufiné son accent américain. « Mon personnage est une Américaine du Vermont. J’ai un coach qui m’aide à ajuster l’accent », explique-t-elle.

Il s’agit du premier long métrage du couple, qui y planche depuis plus de sept ans. L’actrice promet que ce ne sera pas le dernier. « Au cours des années, on a eu des doutes. On a mis beaucoup d’énergie dessus, mais on a grandi. On a appris des connaissances et une expérience qui ne s’achète pas », résume-t-elle.

Rôle dans

Catherine Bérubé incarne, dans la télésérie Épidémie, la mère d’un jeune enfant atteint d’une forme de coronavirus. Le garçon est isolé à l’hôpital et la mère, en quarantaine à la maison. D’emblée, elle affirme qu’il s’agit du rôle le plus difficile qu’elle a eu à préparer.

« Au cours des années, on a eu des doutes. On a mis beaucoup d’énergie dessus, mais on a grandi. » – Catherine Bérubé

« Comme comédien, on aime les beaux rôles complexes. Lui, il faisait mal. Ce n’était pas une partie de plaisir. Il venait chercher des cordes extrêmement sensibles. Quand je lisais et répétais mes scènes, chaque fois je pleurais. Il était lourd émotivement », raconte cette maman d’un enfant de quatre ans.

Elle ajoute que depuis qu’elle est devenue mère, son rapport avec les enfants a changé. « Il y a un portail qui s’est ouvert sur une tout autre réalité émotive, illustre-t-elle. Qu’on le veuille ou non, ça se fait tout seul, l’instinct maternel embarque. »

La comédienne affirme qu’elle n’avait pas envie de reprendre les scènes à plusieurs reprises. « Je n’avais pas le goût de répéter une même scène parce que ça faisait mal. En même temps, ça m’a facilité la tâche en termes de jeu, parce que l’émotion venait », indique Catherine Bérubé.

Bien que le coronavirus soit une réalité actuellement, la comédienne rappelle qu’Épidémie est une fiction et que le public ne doit pas tracer de lien. « La beauté d’une fiction, c’est qu’elle offre l’opportunité de comprendre une réalité sans la vivre », soutient-elle.

La comédienne ajoute que contrairement à son personnage, que les téléspectateurs verront jusqu’à la fin de la saison, elle respecterait la quarantaine après avoir pris connaissance de la rapidité de propagation. Elle mentionne n’avoir jamais entendu parler de cette maladie avant de participer au tournage de l’émission en 2019.

Autres projets

À partir du 18 mars, la seconde saison des Newbies, dans laquelle elle incarne la blonde d’un des trois personnages principaux, sera en onde sur UNIS TV et TV5. Cette série dramatique humoristique est une coproduction de Productions du Milieu, au Nouveau-Brunswick, et de Juste pour rire TV, à Montréal. L’histoire tourne autour d’humoristes Néo-Brunswickois qui tentent de percer à Montréal.

Elle qualifie ce projet de « série coup de cœur » en raison de l’équipe. « Les gens impliqués sont des gens de cœur. Il y a beaucoup d’amour dans ce projet », mentionne l’actrice. Elle a participé à ce tournage en même temps que celui d’Épidémie, ce qui lui a apporté un certain équilibre.

Catherine Bérubé souligne que son personnage a évolué depuis la première saison. « C’est un beau personnage avec beaucoup de caractère. Sa relation s’est approfondie. J’ai eu plus d’émotions à jouer. Elle a une relation amour-haine avec André et avec sa sœur aussi », raconte-t-elle.

La comédienne a aussi participé à un jeu vidéo qui doit sortir cet été, mais elle ne pouvait en dire plus pour le moment. Elle a aussi pris part à deux épisodes de l’émission canadienne Transplant, une série dramatique médicale télévisée. Ces scènes se déroulaient avec l’actrice principale, Laurence Leboeuf. La série, initialement tournée en anglais, sera présentée en français sur les ondes de Vrak.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de