Un voyage virtuel au Danemark

Photo de Jean-Christophe Noël
Par Jean-Christophe Noël
Un voyage virtuel  au Danemark
Mathis Rioux, Maxim Tremblay et Mathieu Cormier, médaillés d'or lors de la Finale nationale WRO ArcelorMittal Zone01. (Photo : courtoisie)

L’école secondaire de Chambly représentera le Canada lors de la Finale internationale WRO qui se tiendra en virtuel au Danemark, du 18 au 21 novembre prochains.

Mathis Rioux, Maxim Tremblay et Mathieu Cormier ont remporté la médaille d’or, le 18 septembre dernier, lors de la Finale nationale WRO ArcelorMittal Zone01 tenue au Cosmodôme de Laval. Il s’agissait de la première compétition en présentiel depuis que la COVID-19 a sévi. Les trois champions canadiens représenteront fièrement le pays au Danemark, de façon virtuelle.

L’école secondaire de Chambly n’en est pas à ses premières armes dans le domaine. Au fil des années, elle a représenté le Canada à plusieurs reprises lors de finales internationales dans des pays tels que la Russie, le Qatar et le Costa Rica. Cette fois, le virtuel ajoute au casse-tête, en raison du décalage horaire. Si, pour les jeunes du Danemark, la compétition débutera à 8 h, ici, c’est à 2 h que les ingénieurs et les programmeurs de demain devront résoudre les défis. « On est en train de tracer un plan de changement de fuseaux horaires. On songe même à commander une flotte de lits pliants », dit à la blague Hugo Marois, enseignant en mathématique 3e secondaire et responsable de la robotique avec Emmanuel Nadeau-Ethier et Alexandre Lesage. En première partie de compétition, les élèves recevront un défi surprise et auront 24 heures pour filmer leur meilleur résultat avant de le transmettre aux juges.

En second volet de cette finale internationale, ce sera un défi sur lequel les élèves travaillent depuis janvier dernier.

Environ 540 – C’est le nombre d’élèves inscrits aux activités parascolaires de l’école secondaire de Chambly.

Du parascolaire qui explose

Les inscriptions sont en cours en ce qui a trait aux activités parascolaires à l’école secondaire. Alors que l’an passé, la robotique fonctionnait sous un modèle réduit, c’est un retour à la normale qui s’amorce. En l’absence de contraintes, autres que le masque, une quarantaine d’élèves pourront y participer, comparativement à une dizaine l’an passé. Aux dires de M. Nadeau-Ethier, qui enseigne les sciences, l’effervescence est palpable. « Même des parents d’élèves nous contactent par courriel pour savoir quand débute la robotique. Il y a un désir et ils ont hâte d’en faire. »

Cet effet se fait ressentir dans toutes les autres sphères du parascolaire. Sur environ 830 élèves à l’école secondaire de Chambly, approximativement 540 inscriptions seraient enregistrées à ce jour pour le parascolaire. « C’est fou! Je n’ai jamais vu ça de ma vie! » commentent en chœur les deux enseignants. Ils attribuent ce phénomène à des enveloppes budgétaires émises en 2020 par Québec, permettant aux parents d’inscrire leurs enfants au parascolaire gratuitement.

En ce qui a trait à la robotique, un retour en arrière n’est plus envisagé dans la préparation. Tout se planifie actuellement en conséquence du présentiel. L’école accueillera une compétition régionale en avril, comme à l’accoutumée.

Robotique parascolaire

En construisant des modèles LEGO programmables, les élèves réalisent différents défis dans lesquels ils intègrent entre autres des concepts de science et technologique, puis de mathématiques. Ces projets sont concrets pour un type de clientèle davantage tournée vers l’apprentissage manuel. En ce sens, les projets de robotique sont une solution éprouvée dans le but d’encourager la persévérance scolaire. Dans le cas de certains élèves, la motivation les raccrochant à l’école et les menant à persévérer, ils la puisent dans le parascolaire, là où ils s’accomplissent.

De la robotique à la Ville

La Ville de Chambly a vu le potentiel de la robotique auprès des jeunes. De son côté, elle a proposé aux enfants de 5 à 7 ans d’en apprendre plus sur la programmation de base à l’aide de souris robotisées, offrant des ateliers animés par Sciences en folie, au Pôle culturel de Chambly. La Municipalité a ensuite récidivé avec d’autres activités impliquant des robots. Cette fois, les jeunes de 8 à 11 ans sont invités, le 24 octobre, à participer à une série de quatre activités avec les robots Sphero Bolt afin de découvrir la programmation.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires