Un rêve d’enfant exaucé par Horizon Lussier

Photo de Frédéric Khalkhal
Par Frédéric Khalkhal
Un rêve d’enfant exaucé par Horizon Lussier
Youssef a eu la surprise, la semaine dernière, de voir son rêve exaucé par Horizon Lussier. (Photo : courtoisie)

Horizon Lussier aide la fondation Make a Wish / Rêves d’enfants à réaliser le rêve d’un jeune garçon atteint d’un cancer. Sa famille a reçu jeudi une roulotte pour vivre des vacances ensemble.

À Marieville, c’est pour une deuxième fois qu’Horizon Lussier a réalisé le rêve d’un enfant de l’organisme Make-A-Wish® / Rêves d’enfants. Youssef, 11 ans, en rémission d’un cancer, a eu la surprise de voir qu’il pourra passer ses vacances en famille à bord de sa caravane.

Jeudi, Youssef et sa famille se sont rendus à l’entreprise de Jean-François Lussier, à Marieville, pour repartir avec les clefs d’un véhicule récréatif (VR) dans le but de profiter des vacances en famille en camping dans une roulotte, son rêve.

« Horizon Lussier et ses employés sont ravis d’aider Make-A-Wish / Rêves d’enfants à réaliser le vœu de Youssef. Grâce à cette roulotte, Youssef et sa famille pourront partager de beaux moments en camping et créer de nouveaux souvenirs ensemble », explique l’entreprise. Horizon Lussier est un concessionnaire de véhicules récréatifs à Marieville fondé en 1969.

Nadine Lalande, coordonatrice de vœux chez Make A Wish / Rêves d’enfants, qui accompagnait Yussef jeudi, explique que le rêve de Yussef était différent avant la pandémie. « Il voulait voir l’équipe de soccer Barcelone jouer en Espagne. Malheureusement, la pandémie a rendu les vols difficiles. Nous lui avons donc proposé à la place une caravane pour passer des vacances en famille. Avant de récupérer le véhicule, il était tout excité. »

« Lorsque les enfants sont touchés, je suis touché. » – Jean-François Lussier

« J’ai toujours appuyé cet organisme et il m’a contacté en entendant le rêve de Youssef. On m’a indiqué que le petit bonhomme aimait faire du camping et profiter des glissades d’eau. Alors, il pourra le faire plus régulièrement dans cette roulotte », indique au journal M. Lussier.

Et, cerise sur le gâteau, lorsque M. Lussier a appris que Youssef était un fan de soccer, il a ajouté sur la table du VR des billets pour aller voir le CF Montréal, « se payer le stationnement, la nourriture pendant le match et même une carte-cadeau pour revenir avec un souvenir, et ce, pour toute la famille », d’indiquer Mme Lalonde. Cette dernière rapporte que l’organisme reçoit énormément de demandes pour des roulottes. « On ne peut pas dissocier les familles de l’expérience de l’enfant, car la maladie impacte toute la famille. »

Le VR en constante progression
Pour M. Lussier, il n’y a pas de surprise que le rêve de Youssef soit d’avoir sa caravane. « Les VR sont toujours très populaires. C’est une manière économique de voyager en famille avec nos choses. Il y a eu aussi un effet pandémique. Plutôt que de prendre l’avion, le camping est devenu une activité plus prisée. » Même sans la pandémie, les vacances en caravane semblent séduire un public de plus en plus grand. Même si le prix d’un VR peut varier entre 8000 et 10 000 $ pour une tente roulotte, « sky’s the limit », comme le dit M. Lussier (lui ne vend pas de VR à plus d’un million de dollars), le propriétaire, qui a eu du mal à fournir l’an passé. « La demande a été forte et, en raison de la COVID,on a manqué de produits. La pandémie a vite libéré nos inventaires et la chaîne d’approvisionnement en a été affectée. »

Avec les problèmes de main-d’œuvre ou encore d’approvisionnement, M. Lussier n’est pas inquiet pour son commerce. « Le caravaning a toujours eu le vent dans les voiles. Nous sommes les derniers à tomber lors d’une récession et les premiers à repartir. Moi même, je pratique le caravaning. Donc, je comprends que cela puisse être le rêve d’enfants. »

Pendant la dernière fin de semaine de trois jours, Youssef et sa famille auront eu tout le loisir d’expérimenter les joies du camping en roulotte.

Depuis 1983, Make-A-Wish et Rêves d’enfants Canada ont réalisé plus de 36 000 rêves au pays dont 1 000 l’année dernière seulement.

Partager cet article