Un retour en classe pour tous

Photo de Martine Veillette
Par Martine Veillette
Un retour en classe pour tous
Jean-François Roberge, ministre de l’Éducation et député de Chambly. (Photo : archives)

Les élèves du Québec seront de retour sur les bancs d’école dès septembre avec certaines mesures de sécurité, dont le port du couvre-visage, des groupes stables par classe et les mesures d’hygiène maintenues.

Le ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge, a présenté la mise à jour de son plan déposé initialement en juin, lors d’un point de presse le 10 août, soit trois semaines avant la rentrée. Il était accompagné du Dr Horacio Arruda et du ministre de la Santé, Christian Dubé.

Comme annoncé en juin, les écoles rouvriront. « Laisser les écoles fermées ne protège pas les enfants et les ados. C’est crucial de rouvrir les écoles. Ils doivent se remettre à apprendre, à revoir leurs amis, leurs enseignants », a mentionné le ministre.

Le Dr Arruda a rappelé que la COVID avait peu de conséquences chez les enfants. « On reconnaît que priver un enfant de la scolarisation est plus néfaste que la COVID », a-t-il affirmé.

Masque

Dans les éléments qui ont été ajustés, le port du masque dans les lieux communs sera obligatoire pour les élèves à partir du 3e cycle du primaire, soit à compter de la cinquième année du primaire. Il sera également obligatoire pour le personnel enseignant et de soutien. Par contre, il ne le sera pas à l’intérieur de la classe.

M. Roberge a précisé que les masques des membres du personnel leur seront fournis. Pour les enfants, ce sont les parents qui devront débourser.

Le port du couvre-visage sera également obligatoire pour la même catégorie de personnes dans les transports scolaires.

« Laisser les écoles fermées ne protège pas les enfants et les ados. C’est crucial de rouvrir les écoles. » – Jean-François Roberge

Groupe classe

Les groupes de classe demeureront toujours les mêmes. Il ne sera pas possible de faire de jumelage de classes pour certaines matières. « Ça va limiter les risques de propagation et faciliter le travail de la santé publique si jamais il y avait un cas dans une classe », a affirmé M. Roberge.

En juin, le plan prévoyait le découpage d’une classe en sous-groupes appelés « bulles ». La santé publique ne le recommande plus. « Après étude de l’efficacité pour limiter la propagation, on considère que ce n’était pas efficace. C’était une mesure qui apportait beaucoup de contraintes pédagogiques par rapport aux avantages de limiter la propagation », a indiqué le ministre.

À l’intérieur de la classe, la distanciation physique n’est pas requise, mais elle demeure avec les élèves des autres classes.

École à distance

L’école pourra se faire à distance pour certains élèves dont les conditions médicales ne leur permettent pas d’être en présence d’autres personnes. Le ministre a assuré que les centres de services scolaires garantiront un service d’éducation avec des enseignants disponibles.

Si une classe ou une école devaient fermer en raison d’un cas de COVID, le ministre affirme qu’il y aura une bascule en 24 heures vers l’enseignement à distance. « C’est ma garantie équité », a affirmé le ministre. Il a ajouté que le réseau ne manquera pas d’outils technologiques. L’achat de matériel a été fait.

Communication

Le ministre de l’Éducation a exprimé sa volonté que tous aient la même information. Les parents devraient recevoir une feuille indiquant la marche à suivre en cas de doute. « Il sera le guide. Tout le monde aura la même marche à suivre », a-t-il assuré.

De plus, les parents seront informés si le cas d’une personne de la classe ou de l’école de leur enfant est déclaré positif à la COVID-19. « C’est important de diffuser l’information pour éviter les rumeurs ou que l’on ait l’impression de cacher quelque chose », a-t-il soutenu.

Mesures maintenues

Les mesures qui ont été mises en place lors de la rentrée du printemps demeurent, soit l’accès par différentes portes, les horaires distincts pour la récréation et le lavage des mains.

Réseau de l’éducation

Le ministre a mentionné que le réseau se préparait depuis juin à cette rentrée. Il a d’ailleurs salué l’implication du milieu dans ce retour en classe. «C’est un défi qu’on est capables de relever en raison des compétences et de la mobilisation des enseignants et des professionnels », a avancé M. Roberge.

Les informations concernant la rentrée seront également publiées sur le site Québec.ca/rentrée.

Partager cet article

1
Laisser un commentaire

avatar
1 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
1 Auteurs du commentaire
Colombe Brosseau Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
newestplus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
Colombe Brosseau
Guest
Colombe Brosseau

Monsieur Jean-François Roberge est un homme formidable. En plus d’être beau, il est brillant . Colombe Brosseau infirmière à l’hôpital pédiatrique Sainte-Justine de Montréal, Merci et félicitations !