Un projet en attente pour doter la MRC de Rouville d’Internet haute vitesse

Par Martine Veillette
Un projet en attente pour doter la MRC de Rouville d’Internet haute vitesse
Les résidences de la MRC de Rouville n’ont pas toutes accès à Internet haute vitesse. (Photo : archives)

La MRC multiplie les démarches depuis quelques années fin d’améliorer la situation concernant la couverture d’Internet haute vitesse sur l’ensemble de son territoire. Elle est en attente d’une réponse de la part du ministère de l’Économie et de l’Innovation (MEI).

 

Dans le cadre du programme Régions branchées Internet haut débit, lancé plus tôt par le gouvernement du Québec, la MRC de Rouville a donné son appui à deux entreprises pour déployer le service sur son territoire. Elle est en attente de savoir si le projet sera retenu. Une réponse devrait être rendue au cours du premier trimestre de 2020.

La MRC mentionne que bien qu’elle soit située au cœur de la Montérégie, tout près de Montréal, elle « doit encore aujourd’hui composer avec des vides de services concernant Internet haute vitesse dans plusieurs secteurs de son territoire, et ce, malgré la proximité de zones urbaines. Cette accessibilité à un réseau fiable et de qualité est un enjeu majeur qui affecte toutes les facettes du développement de la MRC de Rouville ».

Un sondage mené en 2018 a démontré clairement que le réseau Internet de la région comportait des faiblesses. Un rapport avait également été produit et soumis au Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC).

La MRC estime qu’entre 3000 et 4000 résidences n’ont pas accès à Internet haute vitesse. Patrick Bonvouloir, président de l’OBNL IHR Télécom, estime à 400 kilomètres le territoire nécessitant ce service. L’entreprise avait eu le mandat de tracer le portrait en 2018.

« Nous avons fait preuve de proactivité dans ce dossier et cela devrait nous permettre de franchir une seconde étape. » – Jacques Ladouceur

Dans le cadre du programme du gouvernement du Québec, la MRC de Rouville mentionne avoir donné son appui à deux entreprises capables de déployer le service sur l’ensemble du territoire, soit IHR Télécom et Vidéotron pour déposer une demande. Le développement numérique des régions est doté d’une enveloppe de 100 millions de dollars. La MRC mentionne que 200 projets ont été déposés.

Cependant, la MRC souligne que « la population devra toutefois s’armer de patience avant de recevoir pour une toute première fois une facture d’un fournisseur de service Internet haute vitesse ». Le MEI procède à l’analyse des dossiers et devrait dévoiler les projets retenus au début 2020. La signature de toutes ces ententes est souhaitée d’ici la fin de l’année 2021.

La MRC évalue que le déploiement d’un nouveau réseau sur un territoire peut prendre entre deux et quatre ans.

« Nous martelions depuis un certain temps déjà l’importance de procéder à la révision des critères du CRTC pour l’admissibilité aux programmes de financement, lesquels nous pénalisaient. Lorsque le premier programme de subvention a été lancé à l’automne 2019 par le ministère de l’Économie et de l’Innovation, nous étions prêts et cela a favorisé le dépôt de plus qu’une demande pour notre région. Nous avons fait preuve de proactivité dans ce dossier et cela devrait nous permettre de franchir une seconde étape » a tenu à souligner Jacques Ladouceur, préfet de la MRC de Rouville.

La MRC de Rouville assure qu’elle « continuera de suivre ce dossier de très près afin d’assurer à ses citoyens un déploiement d’Internet haute vitesse sur l’ensemble de son territoire le plus rapidement possible ».

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de