Un groupe de citoyens se mobilise pour protéger le Richelieu

Photo de Saïd Mahrady
Par Saïd Mahrady
Un groupe de citoyens se mobilise pour protéger le Richelieu

L’Association des riverains et amis du Richelieu se montre satisfaite et remercie chaleureusement les 510 citoyens qui ont signé la pétition pour la protection de la rivière Richelieu.

Un texte de Saïd Mahrady

« La pétition vise à sensibiliser le gouvernement fédéral, car le Richelieu relève de sa juridiction », spécifie au bout du fil, Raynald Collard, membre de l’Association qui a été récemment créée.

La pétition sera présentée lors de la prochaine session parlementaire de la Chambre des communes, par Xavier Barsalou-Duval, député de Pierre-Boucher-Les Patriotes-Verchères. L’Association espère avoir une réponse au printemps.

Raynald Collard énumère les nombreux irritants vécus par les riverains et les effets parfois irréversibles sur ce cours d’eau. Il cite l’érosion des berges, la vitesse des bateaux de plus en plus gros et le risque d’accident, ainsi que le bruit excessif. « Il faut tempérer les ardeurs des plaisanciers pour que ça ne dégénère pas », a-t-il averti en ajoutant que les riverains font état de « problèmes de communication » avec certains propriétaires d’embarcations.

L’érosion qui inquiète

L’affaissement d’un terrain qui a failli emporter une résidence à Saint-Roch-de-Richelieu il y a quelques semaines est donné par Raynald Collard comme exemple du sérieux de l’érosion et des actions à prendre. L’Association n’entend pas rester les bras croisés. « À partir du moment où c’est un mouvement citoyen qui part de la base, on devient une voix au chapitre », a-t-il revendiqué.

Longue de 124 kilomètres, le Richelieu traverse plusieurs villes et villages, ce qui n’assure pas une harmonisation sur le plan de l’intervention. Certes, depuis quatre ans, la présence l’été de la patrouille nautique la Régie intermunicipale de police Richelieu–Saint-Laurent a eu un effet sur le comportement des plaisanciers. Mais

l’intervention reste cependant limitée territorialement.

À cet effet, Raynald Collard rapporte que l’Association a approché la Sûreté de Québec pour la sensibiliser. « Dans notre coin de Saint-Antoine, Saint-Marc et Saint-Denis, la Sûreté de Québec avait prévu faire deux sorties uniquement sur l’eau. On a poussé le dossier et on a la quasi-certitude qu’elle va patrouiller quatre journées par semaine l’été prochain. Quand on s’organise, on finit pas avoir des résultats. »

La pétition qui a été mise en ligne le 8 août a pris fin le 6 décembre. La page Facebook de l’Association qui se veut un lieu d’échange et d’information va prendre le relais de la sensibilisation.

Question : Amateurs de canoë-kayak, sentez-vous en sécurité quand vous être sur le Richelieu ?

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de