Un dépotoir à ciel ouvert

Photo de Jean-Christophe Noël
Par Jean-Christophe Noël
Un dépotoir à ciel ouvert
C’est l’environnement auquel ont droit les citoyens qui vont chercher leur courrier à ces boîtes postales. (Photo : Jean-Christophe Noël)

Des citoyens du secteur à forte densité de Chambly sur le Golf se plaignent que, depuis plusieurs années, leur paysage quotidien ressemble davantage à un débarras collectif qu’à une vue panoramique de carte postale.

« C’est très régulier ces gros déchets qui traînent sur le bord du chemin. Je fais des plaintes à la Ville. Éventuellement, quelqu’un vient ramasser, mais peu de temps après, ça recommence. C’est un cycle continuel », dépeint avec découragement un citoyen qui réside sur la rue Joseph Bresse depuis six ans.

Par « gros déchets », il est entendu ici divan, fauteuil, elliptique, tapis, boîtes de carton volumineuses, etc. qui errent aux abords des bennes à déchets, à la vue de tous.

Alors que le journal s’entretient avec le citoyen, un autre homme demeurant sur la rue dépose, sous nos yeux, deux pneus usés de voiture. Ce geste sans pudeur laisse présager une accoutumance bien ancrée.

« Je souhaite simplement avoir une qualité de vie, d’environnement digne de ce nom. Nous avons droit à ça depuis six ans. Un moment donné, ça fera », proclame le citoyen, irrité de la situation stagnante.

Conseiller municipal

Ce citoyen a également fait part de la situation à son conseiller municipal, Mario Lambert, élu dans le district du Bassin. Celui-ci est allé constater l’état des lieux.

« J’ai tout de suite envoyé un courriel au directeur général. J’imagine que le directeur général a envoyé un courriel à Mme Charest (Sylvie Charest, directrice par intérim de l’urbaniste); Mme Charest a dû envoyer l’inspecteur sur les lieux; ils auraient émis un avis d’infraction qui, si je ne m’abuse, est de zéro dollar. C‘est un avertissement », décortique par étape le conseiller du district 2, qui a pris connaissance des échanges de courriels entre ces divers intervenants.

Directeur général

Les conteneurs dont il est question sont privés. À Chambly, les projets de six unités et plus sont exclus de la taxation de vidanges.

« C’est une gestion qui est prise soit par les locataires ou les copropriétaires respectifs. Dans un cas comme celui-ci qui est particulier, l’allusion que je vais faire est la suivante pour expliquer le rôle de la Ville : c’est comme si vous faisiez des travaux à votre domicile et que votre conteneur déborde. Les matériaux commencent à s’accumuler autour du conteneur. Ce que la Ville va faire, c’est d’émettre un avis d’infraction pour que le propriétaire ramasse les déchets et fasse vider le conteneur », explique Jean-François Auclair, directeur général par intérim à Chambly.

Dans ce genre de cas, la municipalité avisera l’ensemble des copropriétaires d’éduquer les résidants à aller porter le matériel à l’écocentre. Si l’histoire se répète, la Ville donnera un constat d’infraction, en vertu du règlement de nuisance.

« Nous avons habituellement des gestionnaires qui font des tournées de chantier, mais avec la situation actuelle, je ne sais pas si les tournées ont été aussi fréquentes. » – Stéphanie Cocozza

Habitations Trigone

Habitations Trigone est le constructeur de ces projets. Ils sont encore propriétaires de certains immeubles du secteur. À cette étape du cheminement, Trigone doit valider si les déchets proviennent de bâtiments locatifs ou de bâtiments vendus. Pour un bâtiment majoritairement vendu, la gestion des déchets sera tenue par un syndicat de copropriété.

« J’ai parlé avec mon directeur de construction. Il ira faire un tour sur les lieux pour valider si les gens ont dompé des choses.

Nous avons habituellement des gestionnaires qui font des tournées de chantier, mais avec la situation actuelle, je ne sais pas si les tournées ont été aussi fréquentes », exprime Stéphanie Cocozza, associée directrice adjointe planification et développement chez Habitations Trigone qui dit que la compagnie fera le nécessaire pour ramasser les rebus.

Habitations Trigone achemineraient une correspondance massive aux gens concernés afin que les règlements municipaux soient respectés.

« S’il y a lieu, les locataires seront avertis comme nous le faisons régulièrement », assure Mme Cocozza.

Pour les citoyens payant la taxe des vidanges, la collecte des déchets encombrants a lieu une fois mensuellement. La consigne est la même que pour la collecte des vidanges. Les déchets doivent être déposés la veille de la collecte.

Partager cet article

1
Laisser un commentaire

avatar
1 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
1 Auteurs du commentaire
Isabelle Corbeil Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
newestplus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
Isabelle Corbeil
Guest
Isabelle Corbeil

Bien d’accord!la situation décrite est belle et bien vrai!! Mais Le site ou Trigone a sa roulotte de chantier sur Joseph Bresse à proximité de condo est aussi un champ de vidange…rien n’a été ramassée depuis l’automne dernier…la ville devrait lui remettre un constat d’infraction à Trigone …..il devrait venir mettre ça un peut plus propre….une grosse compagnie comme ça ….avec plusieurs équipe de travail c’est inacceptable .