Un déficit toujours évalué à 300 000$

Un déficit toujours évalué à 300 000$

À l’approche de la fin de l’année financière, le Centre intégré de santé et de services sociaux de la Montérégie-Centre (CISSSMC) évalue son déficit à près de 300 000$.

Au terme de la dernière période financière, le 12 décembre, l’organisation projetait un déficit de 299 633$ au 31 mars 2016. Il s’agit du même montant que celui estimé l’automne dernier. Cette nouvelle projection a été dévoilée lors de la récente séance du conseil d’administration tenue à Longueuil à la fin janvier.
Selon le CISSSMC, cet écart budgétaire est relié aux coûts de transition pour la mise en œuvre de la Loi 10 (2,2 M$). En vigueur depuis le 1er avril 2015, cette loi a réorganisé le réseau de la santé en abolissant notamment les agences régionales.
D’après une fiche sommaire incluse au procès-verbal de la réunion, le ministère de la Santé et des Services sociaux attribuerait un financement vers la fin du mois de mars pour pallier ces dépenses découlant de cette importante réorganisation.
Dépassements
Différents dépassements de coûts ont été enregistrés au cours des derniers mois. Ils sont notamment causés par des heures supplémentaires reliées aux débordements de l’urgence (2 M$), dans les unités de soins (800 000$), de soutien à domicile (970 000$) et de l’hébergement en longue durée (1,2 M$).
Des frais reliés au transport des usagers et à l’achat de places en centres d’hébergement de soins de longue durée expliquent en partie le déficit.
Le CISSSMC a aussi dépensé davantage pour acquérir des médicaments ainsi que des fournitures médicales et diagnostiques.
Enfin, les coûts d’entretien des équipements médicaux ont également mené à des dépenses excédentaires.
Revenus
En contrepartie, le CISSSMC a bénéficié de certaines rentrées d’argent. L’organisation a pu compter sur la répartition des soldes de crédits régionaux provenant de l’ex-Agence de santé et de services sociaux (3,5 M$), sur une allocation du programme de chirurgie (425 000$) et d’autres éléments imprévus.
«[Ces allocations] permettent notamment d’assurer l’atteinte de l’équilibre budgétaire pour l’exercice en cours au niveau des opérations», lit-on dans la fiche sommaire.
Défis
Si l’atteinte de l’équilibre budgétaire est proche – un déficit de 299 633$ sur un budget de 818,2 M$ –, le CISSSMC est conscient que l’année financière 2016-2017 amènera son lot de difficultés.   
L’organisation ne pourra pas compter sur la répartition des crédits régionaux ni sur certaines marges non récurrentes. Enfin, des compressions additionnelles sont attendues. «Notre défi financier pour l’année 2016-2017 demeure important», écrit le CISSSMC.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de