Un défi pour tous les goûts

Photo de Jean-Christophe Noël
Par Jean-Christophe Noël
Un défi pour tous les goûts
La réflexion de mettre du local dans ses habitudes de vie prend de l’ampleur. (Photo : archives)

Le terme « local » résonne à Chambly. En ce sens, les Montérégiens sont invités à relever le Défi 100 % local.

Le Regroupement des Tables de concertation bioalimentaire du Québec (RTCBQ) lance officiellement le début des inscriptions au Défi 100 % local, qui aura lieu durant tout le mois de septembre. Le défi, qui en est à sa 8e édition, invite les citoyens de toutes les régions du Québec à faire une transition progressive vers une alimentation de plus en plus locale, et ce, en pleine période d’abondance.

« Le Défi 100% local s’adresse à tous les gens qui désirent encourager l’achat local et augmenter le nombre d’aliments régionaux et québécois dans leur assiette. Que ce soit la personne qui s’initie à l’alimentation de proximité ou le locavore, par excellence, chacun y trouvera son compte en participant à ce défi. Chaque petit geste compte et est un pas de plus vers l’atteinte de nos objectifs! », explique Maude St-Hilaire, conseillère aux communications et gestionnaire de projets.

« D’autre part, ça ravive l’identité culinaire de la Montérégie en faisant découvrir ce qui la rend unique. » – Isabelle Bittar

Ampleur dans le mouvement

Le Défi 100 % local est né d’une initiative citoyenne aux Îles-de-la-Madeleine il y a huit ans. Il a ensuite été repris par Le Bon goût frais des Îles-de-la-Madeleine, puis a pris de l’ampleur pour devenir un mouvement provincial qui prend racine dans toutes les régions du Québec. Rappelons que près de 6 000 personnes se sont inscrites lors de la dernière édition et que les activités et les promotions offertes par les 16 organisations membres du RTCBQ dans leur région ont joint pas moins de 1 200 000 personnes au Québec.

« La force du Défi, c’est d’une part d’être rassembleur, parce qu’on sent que partout au Québec, l’industrie agroalimentaire et les mangeuses et mangeurs se mobilisent autour de notre autonomie alimentaire. D’autre part, ça ravive l’identité culinaire de la Montérégie en faisant découvrir ce qui la rend unique », ajoute Isabelle Bittar, directrice générale.

À ce propos, manger local, qu’est-ce que ça veut dire? C’est le fait de s’approvisionner le plus près possible de chez soi, en commençant par les aliments qui poussent dans son jardin, ceux qui sont produits dans sa municipalité, dans sa MRC, dans sa région et, finalement, en privilégiant les produits du Québec. D’ailleurs, les consommatrices et les consommateurs peuvent repérer leur identifiant régional ou le logo Aliments du Québec sur les produits locaux.

Pour s’inscrire au Défi, il suffit de se rendre au www.defijemangelocal.ca et de se fixer des objectifs dans trois catégories d’action : cuisiner, s’approvisionner et produire sa nourriture. Les objectifs vont de « Remplacer un produit de base par un aliment local » à « Visiter une ferme de ma région » en passant par « Conserver mes semences de jardin » ou encore « M’initier à la fermentation ». (Source : La Montérégie, le Garde-Manger du Québec)

Partager cet article