Carl Talbot: un conseiller à l’écoute

Photo de Martine Veillette
Par Martine Veillette
Carl Talbot: un conseiller à l’écoute
Carl Talbot a été élu par acclamation conseiller du district 1 à Chambly. (Photo : courtoisie)

Élu par acclamation le 24 mai dans le district 1, Carl Talbot a été assermenté le 27 mai et a siégé à l’assemblée extraordinaire la journée même. Portrait de ce nouveau conseiller.

M. Talbot, qui habite Chambly depuis près de 25 ans, a fait la tournée de son district dès l’annonce de sa candidature. Il a pris le pouls de la population, de son besoin et de ses idées. « Je souhaite vraiment servir les citoyens de mon quartier et de Chambly. Je veux les impliquer. Je n’ai pas la science infuse ni la prétention de tout savoir », soutient-il.

Le quartier comprend également plusieurs commerces sur l’avenue Bourgogne et le boulevard de Périgny ainsi que des organismes. « J’ai rencontré les commerçants. Je voulais entendre leurs besoins et comprendre leur vision. Le quartier est grand et les besoins sont différents. Je ne me suis pas donné le choix de les rencontrer pour avoir le pouls des citoyens, des commerçants et des organismes », affirme le conseiller.

Il a déjà commencé à transmettre à la Ville certaines demandes que des citoyens lui ont faites et à voir ce qu’il pouvait faire. « Je suis un gars d’action », s’exclame-t-il.

Un défi

Malgré la tourmente dans laquelle est présentement la Ville, avec notamment des enquêtes de la Commission municipale du Québec et de l’Unité permanente anticorruption, ainsi que la mise sous tutelle, M. Talbot se dit prêt à relever le défi.

« Je suis conscient de la situation dans laquelle je me retrouve. Si je n’étais pas prêt physiquement et mentalement et si je n’étais pas un gars de défis, je ne me serais pas présenté », dit-il.

Le conseiller ajoute qu’au cours de son porte-à-porte, il s’est aperçu que les citoyens étaient bien au fait de la situation de la Municipalité. « On m’a dit qu’on voulait entendre parler de Chambly pour les bonnes raisons, c’est ce que je veux », souligne M. Talbot.

D’ici la fin de la course à l’élection, il aidera ses collègues candidates de Démocratie Chambly à être élues conseillères de leur district ou mairesse.

« Le quartier est grand et les besoins sont différents. Je ne me suis pas donné le choix de les rencontrer pour avoir le pouls des citoyens, des commerçants et des organismes. » – Carl Talbot

Potentiel du district

Le conseiller voit beaucoup de potentiel dans son district, qui comprend des éléments importants de la Ville. « Le Pôle culturel de Chambly et l’avenue Bourgogne au complet représentent un potentiel immense et incroyable. À ça, on peut ajouter le bassin. Il faut aider les commerçants à développer davantage le centre-ville comme un attrait touristique et pour les citoyens. On pourra attirer de nouveaux commerçants », croit-il.

Pour ce qui est du bassin, M. Talbot ne manque pas d’idées. « J’aimerais qu’on puisse jouir du bassin au même titre que d’autres villes (utilisent leur cours d’eau). Je pense qu’on peut y accéder davantage. J’ai des idées folles qu’il faut valider. Les citoyens m’ont transmis des idées qui me font rêver, comme concilier les possibilités qu’offre le bassin sur les aspects sportif, récréatif et santé-détente », relate le Chamblyen.

Le conseiller

M. Talbot a choisi Chambly pour y fonder sa famille. Il y a notamment été moniteur de camp de jour. Ses filles y ont fréquenté les écoles. Il a même attiré des gens de son entourage dans le secteur. « J’aime tellement Chambly que j’ai été contagieux », s’exclame-t-il.

Au sein des élus, il souhaite « collaborer au redressement de la Ville et à la mise en place d’un climat de travail sain ». Il compte travailler en équipe. « Ça représente un défi parce que tout le monde a ses idées et des intérêts différents. Il faut trouver une solution où tout le monde sera gagnant », soutient M. Talbot.

Expérience

Le Chamblyen a été un peu élevé dans la politique municipale puisque son père a été maire de Ville LeMoyne durant neuf ans. Carl Talbot avait treize ans lorsqu’il a été élu. Ce dernier a également fait ses études en science politique et mené différentes carrières qui ont forgé son vécu.

Aujourd’hui, il travaille au service des entreprises pour le Gouvernement du Québec. « Le ministre établit des politiques et nous donne les moyens. C’est à nous après de réaliser le travail avec les outils qu’il nous donne. Je vois mon travail d’élu de la même façon. Le conseil offre les outils et les moyens à ceux qui donnent le service aux citoyens », relate-t-il.

Relève d’Alexandra Labbé

L’ancienne conseillère du district 1, Alexandra Labbé, qui a quitté son poste pour briguer la mairie, s’est dite « émotive de cette victoire ».

Le fait de devoir quitter son siège de conseillère a pesé lourd dans sa décision. Avec la victoire par acclamation du candidat de son équipe, elle soutient qu’un poids s’est enlevé de ses épaules.

« Le quartier est entre bonnes mains. Carl est quelqu’un qui prend les choses à cœur. Je ne suis pas inquiète de dire aux citoyens que le flambeau est passé », dit-elle.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de