Un nouveau maire et conseiller municipal à Chambly le 23 juin

Photo de Frédéric Khalkhal
Par Frédéric Khalkhal
Un nouveau maire et conseiller municipal à Chambly le 23 juin

La séance du conseil municipal hier, à Chambly, a décidé de fixer au 23 juin la date des élections partielles pour remplacer deux membres du parti Action Chambly, son chef le maire démissionnaire de Chambly, Denis Lavoie, et la conseillère démissionnaire du district 8, Julia Girard-Desbiens.
La troisième tentative aura été la bonne. Les trois conseillers d’Action Chambly ont mis un terme à leur boycott du conseil municipal et ont siégé, hier soir, sous l’étiquette de leur parti politique.
Lors de cette séance, il a été fixé qu’au 23 juin, les élections partielles, à la fois de Denis Lavoie, qui a déposé officiellement lors du conseil municipal sa lettre de démission, et celle de Mme Girard-Desbiens, auront lieu.
Mme Girard-Desbiens ne siège plus au conseil municipal depuis le dépôt de sa lettre de démission le 6 mars. M. Lavoie continuera cependant à être maire jusqu’au 7 mai.
Ce dernier indiquait dans un courrier qu’il s’accordait ce délai pour permettre « de répondre à toute question que vous pouvez avoir concernant des points précis. (…) je demeure disponible pour tous et chacun d’entre vous, peu importe votre allégeance politique, qui aurait l’intention de se présenter au poste de maire. »

Un parti éclaté

Aujourd’hui, l’une des trois conseillères d’Action Chambly qui a boycotté deux assemblées publiques démissionnera de son parti politique, a-t-elle fait savoir au Journal de Chambly. « À la lumière de ce qui se passe à la Ville, mes intentions sont de redevenir indépendante comme à mes débuts. Je n’ai rien à effacer, bien au contraire. Il y a de très belles choses qui ont été faites à Chambly, comme le Pôle du savoir. Pour le reste, nous laisserons les enquêtes se dérouler », a mentionné Paula Rodrigues, conseillère du district 3.
Lors de la séance, le conseiller de l’opposition Mario Lambert (Démocratie Chambly) a demandé au président de la séance « des explications au maire sur ses dépenses avec sa carte de crédit. Or, de temps en temps, le maire suppléant était présent sur des factures, donc j’ose espérer, M. Roy, que d’ici la prochaine séance du mois de mai, vous nous ferez le cadeau de, vous aussi, vous expliquer sur certaines dépenses où apparaissent votre nom sans que nous ayons besoin de déchirer nos chemises en plein conseil. »
Jean Roy, conseiller du district 7 et maire suppléant, a confirmé qu’il se prêterait à l’exercice en ajoutant qu’il n’était pas le seul. « Je confirme, mais je ne suis pas le seul. Il y a d’autres conseillers qui ont eu des rencontres à l’heure du dîner avec M. le maire et la direction générale pour traiter des dossiers. Il y a sûrement d’autres conseillers qui pourraient donner leurs explications en cas de besoin. »
Paula Rodrigues a indiqué au Journal de Chambly qu’elle aussi avait assisté à des réunions de travail le midi. « Il y en a eu deux. Une fois à Chambly et une fois à Québec, lors d’une formation de l’UMQ. Je suis tout à fait à l’aise d’en informer les personnes qui le souhaitent. »
Ni pour M. Roy, ni pour Serge Gélinas (Action Chambly) il n’y a pour le moment de décision de quitter le parti qui a perdu son chef. « Nous verrons la suite des choses si je siégerai comme indépendant. Mais je resterai à mon poste jusqu’à la fin de mon mandat. Il y a trop de choses à faire », a indiqué au Journal Serge Gélinas, conseiller du district 5. Rappelons que M. Gélinas, en plus d’être conseiller municipal est aussi directeur général de la Chambre de commerce et d’industrie du Bassin de Chambly. Ce dernier n’a d’ailleurs pas manqué d’intervenir lors d’une pétition déposée par des industriels de Chambly.
Un commerçant s’est avancé au micro pour demander à M. Roy, lors de la période de questions, s’il était possible d’avoir un accès à l’autoroute 10 par le boulevard Industriel. Alors que M. Roy a répondu à la personne, M. Gélinas est intervenu pour rappeler à M. Roy ce qu’il fallait dire. « La question qui a été posée consiste à savoir si on va appuyer cette démarche et la réponse est oui. C’est ça, la réponse. »
Pour Démocratie Chambly, autant les élus d’Action Chambly que les deux conseillers indépendants n’oublieront pas ce qui s’est passé avant l’arrivée de la tutelle. « On laisse la chance aux coureurs. Nous sommes toujours disponibles pour travailler avec eux, mais on ne vas pas oublier. Trop peu, trop tard. Il fallait être plus rapide pour voir la lumière », indique M. Lambert soulignant le soutien indéfectible des trois élus d’Action Chambly et des deux indépendants au maire Denis Lavoie.

Démocratie Chambly

Maintenant que le poste de maire est ouvert, les deux élus de démocratie Chambly ont indiqué au Journal que leur parti allait choisir son candidat. Après le départ de Steeves Demers de Démocratie Chambly et sa candidature annoncée dans le district 8, Mario Lambert et Alexandra Labbé (district 1), sont les deux à avoir une expérience en politique municipale. Si M. Lambert a exclu la possibilité de se lancer, M. Labbé a été moins catégorique. « Nous en discuterons au sein du parti. »
Christian Picard, candidat péquiste aux dernières élections provinciales, qui a tout fait pour sauver la destruction de la maison Boileau, ne s’est jamais opposé à une éventuelle candidature à l’hôtel de ville de Chambly.
À l’heure d’écrire ces lignes, aucune candidature n’avait été déposée.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de