Un Centre mère-enfant verra bientôt le jour à l’Hôpital du Haut-Richelieu

Photo de Chloé-Anne Touma (Initiative de journalisme local)
Par Chloé-Anne Touma (Initiative de journalisme local)
Un Centre mère-enfant verra bientôt le jour à l’Hôpital du Haut-Richelieu
Un Centre mère-enfant sera fonctionnel à l'Hôpital du Haut-Richelieu dès mai 2023. (Photo : Chloé-Anne Touma)

Ce lundi, 21 mars en conférence de presse, le ministre délégué à la Santé et aux Services sociaux, Lionel Carmant, a fait l’annonce officielle de la future création d’un Centre mère-enfant à l’Hôpital du Haut-Richelieu, dont les travaux d’aménagement commenceront en mai 2022, et aboutiront un an plus tard, en mai 2023.

Le centre, qui comptera 14 chambres et cinq incubateurs, sera aménagé à même un espace vacant situé au troisième étage du nouveau pavillon de l’Hôpital du Haut-Richelieu, et visera à offrir un environnement « des plus agréables pour les 1300 naissances » enregistrées annuellement, a indiqué le ministre.

On y trouvera le CME, d’une superficie de plus de 1700 m2, ainsi qu’un laboratoire associé de biologie médicale, la clinique de grossesse à risque (GARE) et des espaces de bureaux et espaces publics pour une superficie additionnelle de 1500 m2. Le centre sera à proximité du bloc opératoire et des soins intensifs, situés au deuxième étage.

Mai 2023
C’est la date à laquelle le Centre mère-enfant devra être livré

Très attendu dans la région, le projet permettra de remédier aux lacunes observées quant au service de périnatalité en matière d’innovation et d’espace, puisque les nouvelles installations se voudront plus modernes et fonctionnelles. Le ministre a indiqué au Journal de Chambly que le nouveau centre s’adresse à une clientèle en « néonatalité de niveau 2, ciblant les bébés de 34 semaines et plus, qui sont généralement en très bonne santé ».

« Les lieux vont être très appropriés pour les parents et, évidemment, l’enfant post-accouchement. Les soins et services qui y seront offerts sont d’une grande importance. La population, tout comme le personnel qui oeuvre (à l’hôpital), méritent de bénéficier d’installations de qualité, aménagées en fonction des normes les plus récentes. »

Également présent lors de la conférence tenue en présentiel à l’hôpital, le député de Saint-Jean, Louis Lemieux, s’est dit « fier que notre gouvernement appuie la réalisation de ce projet important à l’Hôpital du Haut-Richelieu. Les nouveaux locaux permettront d’offrir aux usagers, notamment aux nouvelles familles, un environnement de soins plus moderne, vaste et lumineux. »

La Société québécoise des infrastructures (SQI) agit comme gestionnaire du projet, dont le coût total est estimé à 28,8 millions $, couvert à raison de 5 millions $ par une contribution de la Fondation Santé.

Valoriser l’offre interdisciplinaire

Questionné par le journal à savoir si l’on comptait agir pour mieux intégrer les sages-femmes à l’offre de services en matière de suivi des mères qui en font la demande, puisque le besoin en a été exacerbé par la pandémie, le ministre Carmant a répondu qu’ « On travaille à mieux répartir les sages-femmes sur le territoire pour venir complémenter l’offre de services, et ainsi répondre à la demande des mères en matière de médecins de famille, d’obstétriciens mais aussi de sages-femmes. Nous voulons que ces accompagnants de grossesse travaillent ensemble davantage. Nous sommes conscients du fait que les sages-femmes travaillent à temps partiel ou ont une carrière relativement courte, car ce qu’elles font est très exigeant. On travaille ainsi à mieux penser leur rôle dans le réseau et à mieux les y intégrer. »

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires