Trois directeurs généraux à Chambly

Photo de Frédéric Khalkhal
Par Frédéric Khalkhal
Trois directeurs généraux à Chambly
La Ville de Chambly a aujourd’hui trois directeurs généraux. (Photo : archives)

Jusqu’à jeudi au plus tard, la Ville de Chambly aura trois directeurs généraux. Une situation exceptionnelle que la Commission municipale du Québec (CMQ) elle-même ne se rappelle pas avoir vécue.

Les événements se suivent à un rythme effréné à Chambly. La Municipalité de 30 000 habitants est au cœur de l’actualité depuis novembre 2017, date des dernières élections municipales qui avaient reconduit le maire Denis Lavoie à un quatrième mandat.

Le dernier en date se jouera mercredi entre les élus de la Municipalité et leurs tuteurs. Ensemble, ils devront organiser le retour de Jean Lacroix, directeur général de Chambly, qui a été congédié par la Ville le 19 novembre 2013. Ce dernier était depuis cette date en procédure judiciaire devant le Tribunal administratif du travail, qui a rendu un verdict en sa faveur le 15 mai 2019. Le Tribunal a ordonné « à la Ville de Chambly de réintégrer Jean Lacroix dans son emploi, avec tous ses droits et privilèges, dans les huit jours de la notification de la présente décision », pouvait-on lire dans le jugement.

« Mercredi, les tuteurs et les conseillers rencontreront l’avocat de la Ville qui leur expliquera le jugement du Tribunal administratif », a indiqué au Journal Isabelle Rivoal, porte-parole de la CMQ. Elle mentionne aussi que l’ordonnance du Tribunal « a préséance sur la CMQ. D’autre part, il n’est pas possible de repousser cette date. »

« La Commission est justement là pour éviter qu’il y ait des craintes de leur part, de la peur ou des représailles. » – Isabelle Rivoal

Des employés inquiets

Le point final de ce procès, qui aura duré six ans, a été une audience de 27 jours pendant lesquels 26 témoins ont été entendus et près de 100 pièces ont été déposées. Au sein des témoignages, une majorité des membres du conseil municipal est venue à la barre, et plusieurs employés de la Municipalité ont été appelés. Parmi ces différentes personnes, il y a encore des élus et des fonctionnaires qui sont en poste et qui redoutent le retour de l’ancien directeur général. « Les tuteurs partagent le quotidien avec les employés de la Ville. La Commission est justement là pour éviter qu’il y ait des craintes de leur part, de la peur ou des représailles. Les tuteurs sont également conscients que le directeur général aura à retrouver ses marques. Le but ultime de la CMQ est de prendre des décisions pour que les citoyens soient le mieux servis possible. Pour M. Lacroix, laissons la chance au coureur pour sa réintégration », d’ajouter M. Rivoal.

Un DG en arrêt de maladie

Depuis mars 2019, Michel Larose est en arrêt de maladie. Ce dernier a été embauché en avril 2017 à Chambly alors qu’il quittait ses fonctions à la Ville voisine de Carignan.

En arrivant en fonction, il devenait le troisième directeur général à être nommé à Chambly en moins de cinq mois.

La CMQ avance que rien n’indiquait, dans le contrat de M. Larose, un retour éventuel de M. Lacroix. Si l’ancien directeur général était réintégré, M. Larose devrait quitter son poste. La CMQ n’a pas précisé si ce dernier pourrait alors demander une indemnisation.

Un DG par intérim

Jean-François Auclair a été la personne choisie par la CMQ pour le remplacement de Michel Larose. L’ancien directeur de l’urbanisme est depuis le nouveau directeur général par intérim. Même si la CMQ indiquait, à sa nomination, que ce dernier resterait en poste aussi longtemps que nécessaire, le retour de M. Lacroix obligerait M. Auclair à reprendre son poste de directeur de l’urbanisme.

La question à laquelle le Journal n’a pas encore eu de réponse de la part de la Ville de Chambly est : Combien tout cela a coûté et devrait encore coûter à la Municipalité et donc aux citoyens?

Jeudi, les citoyens devraient connaître le nom du directeur général de leur Ville.

Partager cet article

4
Laisser un commentaire

avatar
3 Fils de commentaires
1 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
4 Auteurs du commentaire
Lafond pierreLine RobergeLaurent BrissonJean Paul Grégoire Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
newestplus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
Jean Paul Grégoire
Guest
Jean Paul Grégoire

S’il le réintègre quel sera l’atmosphère à l’hôtel de ville, pour les conseillers qui ont témoignés à l’enquête devant le tribunal du travail et qui ont soutenu jusqu’à la fin leur leader dans cette cause?
Comment seront à l’aise les deux conseillers, Jean Roy et Richard Tétreault, qui ont dirigé une enquête interne avec leurs préjugés sur l’individu?

Laurent Brisson
Guest
Laurent Brisson

Je parie des dollars contre des donuts sur le coin de Peel et Ste-Catherine que ce sera BEAUCOUP plus que les malheureux 2500$ réclamés ( stupidement ) à M le maire Lavoie !! Tellement RIDICULE !!!

Line Roberge
Guest
Line Roberge

C’est une question de principe, M Brisson, de principe et d’intégrité. Si 2 500 dollars c’est ridicule, pourquoi M Lavoie ne les paie pas.

Lafond pierre
Guest
Lafond pierre

Holà Capitaine 👨‍✈️, nous à Sainte-Adèle, nous avons deux directeurs généraux et un greffier pour 12 000 habitants. Près de 350 000 $ en tout .
Rien de trop beau pour la classe ouvrière.
Arrêtez de vous plaindre , nous on se donne des services même si on n’en a pas les moyens.