Trois ans de travail pour un nouveau jardin communautaire

Trois ans de travail pour un nouveau jardin communautaire

COMMUNAUTAIRE. Le Jardin communautaire Le Tourne-Sol, situé sur la rue du Pont à Marieville à proximité de la Maison des loisirs et de l’école Crevier, a finalement été inauguré le 22 août, après plus de trois ans de travail pour réaliser le projet d’une

La conseillère municipale Monic Paquette a eu l’idée de mettre sur pied un jardin communautaire en 2012 lorsqu’elle a entendu plusieurs citoyens de Marieville lui mentionner qu’ils n’avaient pas l’espace pour aménager un jardin.

Mme Paquette a donc commencé par visiter des jardins, entre autres à Chambly et Boucherville, avec ses collaborateurs. C’est Développement Marieville, un organisme dont fait partie Monic Paquette, qui a pris en charge le projet.

«Le but de cette démarche était de s’inspirer et d’aller chercher des modèles de jardins communautaires qui convenaient à Marieville», explique la conseillère.

C’est à la suite de ces visites que l’organisme s’est mis à la recherche d’un terrain, étape qui s’est avérée ardue puisqu’il a fallu trois ans pour trouver l’endroit idéal.

Mme Paquette avait envisagé d’installer le jardin à la Fabrique de Marieville ainsi qu’à d’autres endroits, mais elle a essuyé plusieurs refus. C’est finalement en décembre 2014 que l’autorisation a été accordée pour utiliser le  terrain actuel.

«Je voulais que ce soit près du centre-ville et je désirais revitaliser les endroits existants afin de redonner les zones vertes aux citoyens», affirme Monic Paquette.

En juin, le projet a pu voir le jour puisqu’une subvention a été du Pacte rural, une mesure du ministère des Affaires municipales et de l’Occupation du territoire (MAMOT) qui permet de soutenir des initiatives de ce genre dans les communautés.

Ces fonds ont permis d’acheter le matériel pour construire les boîtes où sont plantés les fruits et les légumes, comme le bois et le paillis, ainsi que les outils mis à la disposition des utilisateurs dans un cabanon commun. Cette installation ainsi que les services, comme l’eau et l’électricité, ont été fournis par la Ville et Développement Marieville.

Le jardin communautaire est en fonction depuis le mois de juin et sera ouvert jusqu’à la mi-octobre. Sur les onze boîtes qui peuvent être louées au coût de 25 $ par année, deux sont utilisés par le camp de jour et deux autres par les élèves d’Ysabelle Racine, enseignante en adaptation scolaire à l’école Monseigneur-Euclide-Théberge.

«Le plus important pour moi dans ce projet c’est de garder la communauté vivante. Je veux que les gens soient dehors. Jardiner c’est renouveler le contact avec la terre. J’aime changer le béton pour en faire de la verdure», conclut Mme Paquette.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires