Tournoi les 1, 2 et 3 avril du club d’échecs de Chambly

Photo de Frédéric Khalkhal
Par Frédéric Khalkhal
Tournoi les 1, 2 et 3 avril du club d’échecs de Chambly
Un club-jeunesse accueille les enfants à partir de 5 ans. (Photo : courtoisie)

Germain Laplante est le président-fondateur du Club d’échecs de Chambly, créé en 1978, et il souhaite toujours partager avec le plus grand nombre son amour du jeu.

Pour devenir le roi ou la reine des échecs et lâcher son fou dans des parties endiablées, il est possible de s’inscrire au Club d’échecs de Chambly, une sorte de tour de contrôle de la discipline dans la région, les mercredis soirs au Centre des Aînés, les vendredis et dimanches matins au Presse Café. Et lorsque, grâce à votre apprentissage, vous aurez damé le pion à tous vos adversaires, vous pourrez alors peut-être vous confronter aux plus expérimentés des joueurs d’échecs au tournoi provincial organisé à Chambly les 1, 2 et 3 avril, car bon cavalier monte à toute main.

Après une période pandémique où il était difficile de se voir, les échiquiers sont désormais prêts à être utilisés. Il est attendu par les organisateurs une soixantaine de joueurs dans une salle du Pôle culturel.
« Les joueurs veulent jouer après avoir été confinés. Ils veulent se retrouver », est impatient de dire M. Laplante.
Le Club d’échecs de Chambly possède une centaine de membres dans ses effectifs, tous âges confondus. Un club-jeunesse accueille les enfants à partir de 5 ans.

« De temps en temps, on anime des ateliers dans des écoles et l’on constate que la plupart du temps, les enfants savent jouer », remarque M. Laplante, qui regrette cependant que la pratique des échecs semble être à la baisse. « Peut-être parce qu’il y a de moins en moins de personnes pour s’occuper des clubs. Notre conseil d’administrationest assez dynamique. C’est pour cela que nous nous en sortons bien, mais la relève tarde. »

« Les joueurs veulent jouer après avoir été confinés. Ils veulent se retrouver. »- Germain Laplante

Pas assez de femmes
M. Laplante regrette que le secteur féminin ait de la peine à se développer. « Actuellement, nous avons une joueuse de 13 ans qui est membre du club. Je vais l’entraîner jusqu’à ce qu’elle me batte. Le série télévisée Le Jeu de la dame a eu un effet sur l’engouement aux échecs, mais cela n’a pas forcément attiré plus de femmes dans notre club. »

Pourtant, le Club d’échecs de Chambly est le seul dans la région. Les plus proches se trouvent à Longueuil, à Saint-Hyacinthe, à Granby ou encore à Saint-Jean-sur-Richelieu. « Nous nous connaissons tous. C’est un petit milieu. Jean Hébert, grand maître international d’échecs et plusieurs fois champion canadien aux échecs, résidant de Longueuil, nous a donné parfois un coup de main. »

Pour encourager les amateurs d’échecs à venir aux journées organisées par le club, M. Laplante n’a pas de difficulté à montrer tous les attraits de son sport. « Il stimule l’intelligence et maintient le cerveau en santé peu importe l’âge… Chacun des joueurs est heureux de raconter ses meilleurs coups. C’est en ce sens une partie historiée au même titre qu’un dessin peut l’être pour l’enfant. Mais ce qui est probablement le plus important, c’est le fait que le jeu d’échecs soit la rencontre entre les générations de joueurs et de joueuses, et devant l’échiquier, il y a toutes les origines et les religions. La communication est une sorte de langage, un espéranto à l’échelle planétaire. »

Pour contacter le Club d’échecs de Chambly et avoir plus d’informations : https://echecschambly.com/

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires