Tensions à la séance du conseil municipal

Photo de Frédéric Khalkhal
Par Frédéric Khalkhal
Tensions à la séance du conseil municipal

CHAMBLY. Une séance du conseil municipal sous tension entre les élus et certains citoyens s’est déroulée hier à Chambly.
Chambly connaît, depuis les dernières élections municipales de novembre, des tensions permanentes aux séances du conseil municipal. Encore hier, au début de la séance publique, une partie de l’assemblée a refusé de se lever alors que les membres du conseil s’installaient.
Le maire suppléant, Jean Roy, qui remplaçait le maire Denis Lavoie absent, a constaté la fronde en arrivant à son siège de président de séance.
Alors qu’il demandait aux personnes assises de respecter le décorum instauré par l’usage, environ la moitié de l’assemblée a refusé de l’écouter. Après une à deux minutes debout, les deux membres de l’opposition se sont assis estimant que cela était assez et qu’il était inutile d’insister. M. Roy les a alors rappelés à l’ordre. Finalement après plusieurs minutes, le président de la séance a remercié les personnes qui attendaient debout, en regrettant les gestes des autres.
« Je me suis levé pendant deux minutes. Je n’ai pas insisté plus, je trouvais que les membres du public avaient passé leur message. M. Roy a peut être exagéré de vouloir rester debout plus longtemps. Se lever au début d’une séance, cela fait partie du décorum », a indiqué le conseiller du district du Bassin, Mario Lambert.
M. Roy « ne comprend pas que ces personnes (celles qui ne se sont pas levées) demandent plus de respect alors qu’elles ne respectent même pas le décorum. Ce sont des dissidents qui veulent faire des interventions ciblées pour faire parler d’eux. Est-ce que ça fait avancer la ville ? »
Lors de la séance du conseil municipal d’avril, Le Journal de Montréal a constaté avec étonnement que le public devait se lever à l’arrivée du maire et des conseillers indiquant que la pratique était inusitée.
Face à cette dissidence d’une partie du public, les élus de la majorité n’ont pas hésité à donner un nom à cette fronde. « J’espère que vous allez dire que le Mouvement citoyen Chambly (MCC) n’est pas un mouvement citoyen, mais bien un parti politique », indiquait de manière virulente aux journalistes le conseiller du district Antoine Louis-Fréchette, Serge Gélinas, visiblement énervé par la situation.
Le MCC est un mouvement de citoyens s’opposant très régulièrement aux décisions d’Action Chambly, le parti du maire de Chambly. Cependant le MCC n’est pas inscrit sur la liste des partis politiques du Directeur général des élections du Québec.

Captation vidéo : pour les journalistes

Face à la pression de la population et des médias, la Ville de Chambly a fait un pas de côté concernant la réglementation qu’elle avait instaurée sur la captation vidéo en début d’année.
Le règlement assez vague ne s’appliquait pas dans un premier temps aux journalistes. Puis, lors de la séance du conseil municipal d’avril, plusieurs journalistes ont été rappelés à l’ordre pour ne pas prendre de photo pendant le conseil. Le Journal de Montréal avait alors décidé de filmer la séance en caméra cachée et de la diffuser publiquement. La municipalité a décidé de clarifier sa réglementation pour autoriser désormais les journalistes à faire leur travail dans l’ajout d’un point à l’ordre du jour à la toute fin de la séance.
Les autorisations ne touchent cependant que les journalistes dotés d’une carte de presse ou exerçant une activité journalistique dans un média reconnu.
« C’est un pas dans la bonne direction, mais ce n’est pas suffisant. L’idéal serait une captation vidéo. Mon rôle d’élu c’est d’intéresser un maximum de citoyen et si la captation vidéo intéresse ne serait-ce que 100 personnes de plus ce sera bon », a indiqué au Journal de Chambly M. Lambert.
M. Roy a précisé au Journal la norme en rappelant que « les citoyens n’ont toujours pas le droit de filmer. La réglementation était toujours en vigueur pour eux. » Ainsi, selon l’article 332, « le maire ou toute personne qui préside à sa place maintient l’ordre et le décorum durant les séances du conseil. Il peut ordonner l’expulsion de l’endroit où se tient une séance de toute personne qui en trouble l’ordre. »
C’est ainsi qu’en février un citoyen de Montréal a reçu une amende de 149 $ pour avoir filmé une séance du conseil municipal de Chambly. M. Roy a indiqué que cette amende serait maintenue.

Médaille de pompiers

Dans le cadre de l’assemblée du conseil municipal du 1 mai, le maire suppléant de Chambly, M. Roy, remettait une Médaille de pompiers pour services distingués au pompier Gaétan Chapados, et ce, au nom de la gouverneure générale et commandante en chef du Canada, Son Excellence la très honorable Julie Payette.
M. Chapados a reçu cette médaille soulignant ses 20 années de service au sein du Service d’incendie de la Ville de Chambly.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de