Sur les traces des tortues à Carignan

Par adaeebeaulieu
Sur les traces des tortues à Carignan
(Photo : Courtoisie)

Le vendredi 14 juillet, malgré le ciel gris au-dessus du bassin de Chambly, j’ai enfilé mes souliers d’eau, je suis montée à bord d’un kayak et je suis partie à la recherche des tortues dans les chenaux de Carignan.
Le résidant de Carignan et propriétaire d’Enviro Kayak, Michel Lajoie, a dirigé le kayak double dans lequel je me trouvais. Le Carignanois et biologiste au Zoo de Granby, Patrick Paré, s’est aussi joint à nous à bord d’un kayak pour orienter les recherches.
Pendant le périple d’environ deux heures, vingt tortues ont montré le bout de leur nez malgré le temps maussade. M. Paré craignait de ne pas pouvoir en observer, car elles sortent plutôt quand il fait soleil. Toutefois, le temps humide a fait le travail.
« Ce sont des animaux à sang froid alors ils profitent du soleil pour réchauffer leur organisme, a-t-il expliqué. Ça favorise la digestion et, chez les femelles, la formation des œufs. »
Les tortues ont pu être observées sur des souches d’arbres qui sortaient de l’eau. Il s’agit des endroits idéaux puisqu’il est facile pour elles d’y monter et elles peuvent se sauver rapidement dans l’eau.

« Ce sont des animaux à sang froid alors ils profitent du soleil pour réchauffer leur organisme. » – Patrick Paré

Diversité
Seules des tortues peintes étaient sorties de l’eau le 14 juillet au matin, mais elles avaient toutes des tailles différentes. Selon Patrick Paré, cela démontre que le milieu où elles vivent est en santé et favorise la reproduction.
Le biologiste a mentionné que d’autres espèces de tortues auraient pu être observées sur place. C’est le cas de la tortue géographique qui vit à l’entrée des chenaux. Celle-ci est menacée en raison notamment de la perte de son habitat. La tortue serpentine aurait pu faire son apparition, mais elle préfère les profondeurs et la rivière l’Acadie.
Une autre espèce réside aussi dans les chenaux, mais plutôt à l’automne. Il s’agit de la tortue molle à épines. Seules trois tortues de cette espèce ont été observées et cela remonte à 2008 et 2009. La plus grosse mesurait 45 cm de diamètre et les biologistes lui ont installé un émetteur pour la suivre.
Outre des tortues, les chenaux de Carignan sont aussi l’habitat de plusieurs animaux. Une cinquantaine de canards se promenaient le 14 juillet. Un rat musqué nageait aussi en transportant des branches et un héron a pris son envol. Il était aussi possible d’entendre le coassement des grenouilles. La grande aigrette n’a toutefois pas fait son apparition.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de