Shefford : la lutte entre bleu et rouge à surveiller

Photo de Chloé-Anne Touma | Initiative de journalisme local
Par Chloé-Anne Touma | Initiative de journalisme local
Shefford : la lutte entre bleu et rouge à surveiller
Les projections annoncent une joute très serrée entre le Bloc et le PLC dans Shefford. (Photo : archives)

Pas besoin de s’étourdir bien longtemps de chiffres sur les pages du site Qc125.com pour constater que les projections annoncent une joute très serrée entre le Bloc et les libéraux dans la circonscription de Shefford, tout comme dans le reste de la Rive-Sud.

Rappelons que de tout le territoire rive-sudois, Shefford est la circonscription qui a été gagnée de justesse par le Bloc en 2019, grâce à une avance de seulement 1,6 % pour Andréanne Larouche (38,7%), à raison de 966 votes de plus que son adversaire Pierre Breton (37,1%).

966 votes
C’est le nombre de votes par lequel Andréanne Larouche a remporté les élections en 2019

Des facteurs déterminants

Ce qui pourrait cette fois-ci faire pencher la balance pour l’un ou l’autre des candidats est l’indécision de certains électeurs, que le déclenchement estival des élections générales n’a pas particulièrement enthousiasmés. Notons que le taux de participation dans le comté se mesurait à 66,8 % aux dernières élections. La pandémie ayant révélé de nouveaux enjeux ciblant certaines communautés, on peut imaginer que les nouvelles réalités des groupes de votants dont la vie a été chamboulée, sur le plan de la santé ou des finances, auront une influence sur leur manière d’appréhender le scrutin.

Les données publiées par Statistique Canada indiquent que le groupe des 65 ans et plus a enregistré le taux de participation le plus fort lors des élections de 2019, ce qui pourrait aider davantage la candidate bloquiste, dont la campagne électorale, comme celle du reste de son parti, a grandement été menée autour du soutien aux aînés et du manque de transferts en santé.

Autre coup de théâtre, le débat traditionnellement organisé par la Chambre de commerce Haute-Yamaska, qui permet habituellement aux électeurs de Shefford de se faire une tête ou de rafraichir leur mémoire quant aux plateformes des différents partis, n’a pas eu lieu cette année, en raison de courts délais et d’un manque d’effectifs à la Chambre, conditionnés par la pandémie. Ce manque d’occasions d’affrontement entre les candidats pourrait également renforcer l’indécision des votants.

Ailleurs dans la région, le Bloc et les libéraux se livrent à une lutte tout aussi féroce dans les circonscriptions pivot de Longueuil–Saint-Hubert, pressentie en faveur du Bloc, et de Châteauguay–Lacolle en faveur du PLC, alors que les projections de Qc125 peinent à trancher réellement.

Finalement, malgré une légère avance à laquelle le Bloc s’est habitué depuis les dernières élections, il devra travailler pour conserver ses acquis dans plusieurs des circonscriptions de la Rive-Sud.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires