Roulotte gourmande Chez Lu-dy : non à Carignan, oui à Chambly

Photo de Chloé-Anne Touma (Initiative de journalisme local)
Par Chloé-Anne Touma (Initiative de journalisme local)
Roulotte gourmande Chez Lu-dy : non à Carignan, oui à Chambly
Chez Lu-dy déménagera de Carignan à Chambly pour y avoir sa roulotte gourmande. (Photo : Chloé-Anne Touma)

Marie-Josée Vieira s’est résignée à l’idée qu’elle ne pourra aller de l’avant avec sa roulotte gourmande sur le territoire de Carignan, au grand dam de sa clientèle locale. Dans quelques mois, la propriétaire de Chez Lu-dy déménagera son commerce de Carignan à Chambly, exclusivement.

Le 1er juillet, cela aurait fait cinq ans que Chez Lu-dy, café-traiteur-épicerie, existe à Carignan sur la rue Henriette. « J’ai un bail de cinq ans que je voulais renouveler, mais j’ai appris du propriétaire qu’il ne voulait pas. Il compte plutôt mettre le bâtiment en vente pour profiter des avantages actuels du marché immobilier », explique Mme Vieira au Journal de Chambly.

Désireuse de rester à Carignan, elle a pensé à l’idée de mettre en place une roulotte gourmande en attendant qu’un autre local soit disponible dans le quartier. « J’étais prête à concrétiser le projet. J’ai parlé à l’urbaniste qui travaille à la Ville, ainsi qu’à la conseillère de mon district (4), Diane Morneau. J’ai cru comprendre que ce serait presque dans la poche lorsque j’ai expliqué mon projet. J’ai précisé que mon objectif était de garder le contact avec ma clientèle, car j’habite aussi dans le quartier. J’ai acheté ma roulotte au début novembre en étant confiante que ça allait se faire. »

« La Ville (de Carignan) ne compte pas développer son secteur commercial avec des camions-restaurants. » – Patrick Marquès

La Ville fermée à cette idée

Malheureusement pour Mme Vieira et pour les citoyens du secteur-centre, qui appuyaient son initiative, le projet a été rejeté par le conseil municipal de la Ville.

En entrevue avec le journal, le maire de Carignan, Patrick Marquès, a confirmé qu’il n’y aurait pas d’ouverture à développer la cuisine de rue sur le territoire. « Modifier le règlement pour autoriser le projet de la propriétaire créerait un précédent, ouvrant la voie à d’autres camions-restaurants sur le territoire. Or, le conseil de Ville ne désire pas développer ce type de commerce à Carignan », explique-t-il.

« La demande de la propriétaire était d’avoir une roulotte qui serait placée à divers endroits sur le territoire, à des journées différentes, ce qui ferait la concurrence aux commerces ayant déjà pignon sur rue ou qui pourrait décourager ceux qui souhaiteraient s’installer à Carignan. Présentement, il y a un usage mixte dans le quartier, il y a de l’espace vacant pour des constructions qui seront à vocation commerciale. La Ville ne compte pas développer son secteur commercial avec des camions-restaurants », de conclure le maire, qui estime que le concept de cuisine de rue se prête mieux au contexte saisonnier et événementiel.

Lorsqu’elle a emménagé dans le quartier, il y a quelques années, Mme Vieira n’avait pas l’intention d’y tenir un commerce. « C’est en réalisant qu’il n’y avait même pas d’endroit où acheter une pinte de lait que j’en ai eu l’idée. À l’époque, nous n’avions même pas d’IGA. Encore aujourd’hui, je n’ai pas de concurrence dans le secteur », défend la commerçante, qui ne comprend pas les arguments du maire. Elle aurait aimé que la Ville s’intéresse à échanger avec elle sur les possibilités d’une « alternative ». « La seule proposition que l’on m’a faite, c’est de m’installer au Faubourg, sur la 112, sinon près du IGA, où les loyers sont trop élevés. Ça ne fonctionne pas pour moi. »

Motivée pour la suite

Toujours aussi motivée, Mme Vieira rappelle aux Carignanois qu’elle ne les abandonne pas puisque l’aventure se poursuivra à Chambly, non loin de chez eux. Depuis un an, elle vend aussi ses produits à la Ferme Guyon, à Chambly, sous la bannière Chez Lu-dy. « Étant donné que mes sandwiches et salades y connaissent du succès, nous avons parlé des possibilités de signer une concession contractuelle. Sébastien Dion, le propriétaire, a été très généreux. Il me prête la cuisine de son commerce. Je suis vraiment chanceuse de pouvoir continuer, j’ai une bonne étoile! » Mme Vieira préparera donc ses produits à même la cuisine, qu’elle vendra à la fois chez Guyon et dans sa roulotte, qui sera installée sur le terrain de la Ferme Guyon. Si la roulotte, qu’elle décrit comme étant « vintage », n’est pas encore prête, c’est qu’elle la fait décorer par une artiste afin qu’elle ne passe pas inaperçue. « Il y aura entre autres des fleurs dessus; elle sera difficile à manquer. C’est le but! »  

Mme Vieira annonce également que depuis cette semaine, elle repropose le service de repas préparés prêts à manger pour le souper avec livraison. « Beaucoup de monde avait été déçu du retrait du service. C’est une bonne nouvelle pour plusieurs », rapporte la commerçante.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
1 Commentaire
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Lise Chagnon
Lise Chagnon
8 mois

Quel manque d’ouverture de la ville de Carignan!