Retrait de masques potentiellement toxiques

Photo de Chloé-Anne Touma | Initiative de journalisme local
Par Chloé-Anne Touma | Initiative de journalisme local
Retrait de masques potentiellement toxiques
Les masques SNN200642 du fournisseur Metallifer seraient toxiques. (Photo : courtoisie)

Les masques SNN200642 du fournisseur Metallifer, distribués dans des établissements scolaires, dans les CPE et le réseau de la santé, devront tous être retirés de la circulation pour cause de dangerosité.

Dans la mise en garde émise par Santé Canada et l’avis du fabricant envoyé aux réseaux du ministère de la Famille, de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur du Québec, on parle d’un « potentiel de toxicité pulmonaire précoce » associé à l’usage dudit modèle. Dans un communiqué de Québec, on insiste toutefois sur le fait que le rappel ne concerne pas les masques pédiatriques.

À l’école Mgr-Euclide-Théberge de Marieville, on affirme n’avoir eu que « peu de ce type de masques » dans les établissements du Centre de services scolaire des Hautes-Rivières.

« Des vérifications sont déjà en cours pour retracer les établissements qui auraient pu recevoir ces masques. » – CAG

Le graphène nanoformé, coupable

« Santé Canada a procédé à une évaluation préliminaire des risques qui a révélé un potentiel de toxicité pulmonaire précoce liée à l’inhalation de graphène nanoformé. À ce jour, Santé Canada n’a pas reçu de données permettant d’appuyer l’innocuité et l’efficacité des masques faciaux contenant du graphène nanoformé. Par conséquent, compte tenu de l’absence de données probantes fournies par les fabricants pour appuyer l’utilisation sécuritaire et efficace des masques recouverts de graphène nanoformé, Santé Canada juge inacceptables les risques liés à ces instruments médicaux (…) Pour le moment, Santé Canada recommande de cesser l’achat et l’utilisation de masques faciaux contenant du graphène nanoformé. »

Sur les traces des masques restants

Selon les informations obtenues par le journal auprès de la Direction des communications du Centre d’acquisitions gouvernementales, il ne serait pas possible de déterminer avec précision dans quels milieux et établissements les masques identifiés SNN200642 seraient encore en circulation. « D’autres ministères ou organismes pourraient avoir reçu du Centre d’acquisitions gouvernementales (CAG) les masques (…) Des vérifications sont déjà en cours pour retracer les établissements qui auraient pu recevoir ces masques. De l’information concernant la procédure pour détruire et remplacer ces masques leur a d’ailleurs déjà été transmise. Le Centre d’acquisitions gouvernementales a demandé à tous ses clients de vérifier s’ils ont en leur possession des masques SNN200642 et de cesser immédiatement leur utilisation. »

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires