Rentrée scolaire : du positif pour Jean-François Roberge

Photo de Jean-Christophe Noël
Par Jean-Christophe Noël
Rentrée scolaire : du positif pour Jean-François Roberge
Jean-François Roberge n'est plus ministre de l'Éducation. (Photo : archives)

Par voie de communiqué de presse, le ministre de l’Éducation et député de Chambly, Jean-François Roberge, a fait le point sur la rentrée scolaire.

À l’approche du retour en classe pour 1,3 million d’élèves, le ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge, est convaincu que tous les efforts collectifs qui ont été déployés pour la rentrée permettront d’en assurer le succès.

Du personnel compétent dans toutes les classes

Le gouvernement a multiplié les démarches pour faire face au défi de la pénurie de main-d’œuvre, qui frappe aussi le réseau de l’éducation. Une excellente nouvelle : depuis juin dernier, plus de 6 000 candidatures ont été reçues dans le cadre de la vaste campagne de recrutement Répondez présent. Celle-ci s’ajoute au travail réalisé par les centres de services scolaires (CSS) pour recruter du personnel. Le gouvernement suit la situation de près pour s’assurer d’avoir du personnel compétent dans chacune des classes du Québec.

Du renfort pour les élèves vulnérables

Encore cette année, en 2022-2023, les élèves pourront bénéficier d’un soutien pédagogique supplémentaire grâce à un investissement de plus de 73 millions de dollars dans le programme national de tutorat. L’engouement pour ce programme se confirme : plus de 169 000 élèves en ont bénéficié en 2021-2022. Pour aider les jeunes en difficulté, le gouvernement a également mis en œuvre plusieurs mesures, telles que le développement d’un partenariat avec Alloprof, le recrutement continu de professionnels, l’ajout de centaines de classes spéciales, le déploiement des maternelles 4 ans pour agir tôt et un allégement bureaucratique pour libérer des milliers d’heures chez les professionnels. Ce sont des changements qui porteront leurs fruits à court comme à long terme.

« Tout a été mis en œuvre au cours des derniers mois afin de les (membres du personnel scolaire) soutenir dans leur mission éducative. » – Jean-François Roberge

Une attention plus particulière portée à la santé mentale

En plus de la réussite éducative, une attention particulière sera portée au bien-être et à la santé mentale des élèves. Rappelons que le ministre Roberge a déjà annoncé la Stratégie d’entraide éducative et de bien-être à l’école, assortie d’un investissement de 110 millions de dollars pour venir en aide aux jeunes, dont 19 millions sont consacrés à leur santé mentale et à leur bien-être.

Une rentrée sans masque

Au chapitre des mesures sanitaires, la rentrée scolaire sera similaire à la fin de la dernière année scolaire. Par conséquent, le port du masque d’intervention ne sera pas obligatoire et les activités sportives, parascolaires et interécoles pourront avoir lieu. De plus, 14 millions d’autotests seront distribués. Finalement, le Ministère dispose d’une réserve de masques advenant une recommandation des autorités de santé publique sur le retour du port du masque si la situation sanitaire changeait.

Des milieux sécuritaires

La totalité des centres de services scolaires et des commissions scolaires ont profité de la période estivale pour réaliser des travaux afin d’améliorer la qualité de l’air dans leurs établissements, par exemple en installant des échangeurs d’air, en réparant et en mettant au point des systèmes de ventilation, en remplaçant et en ajoutant des fenêtres ouvrantes ou en installant des vasistas et des extracteurs d’air et des filtres plus performants. Au terme de la saison estivale, le réseau a notamment installé plus de 1 400 échangeurs d’air dans les classes où les moyennes de concentration de CO2 dépassaient la cible gouvernementale de 1 000 ppm. Le gouvernement dispose toujours d’appareils prêts à être livrés aux organismes scolaires en cas de besoin. Un demi-milliard de dollars auront été investis dans la ventilation entre juillet 2020 et décembre 2022, dont 225 millions seulement cette année.

Tout au long de la dernière année, le ministère de l’Éducation a travaillé en collaboration avec le réseau et fait des suivis auprès des organismes scolaires, notamment lorsque des locaux affichaient des moyennes de concentration de CO2 de plus de 1 000 ppm. À ce titre, plus de 95 % des classes étaient sous la barre des 1 000 ppm à la fin de l’année scolaire 2021-2022 et la totalité des classes étaient sous la barre des 1 500 ppm. Avec les travaux faits cet été, la situation sera encore meilleure cet automne. De plus, 90 000 lecteurs de qualité de l’air ont été installés, ce qui fait en sorte que tous les locaux d’apprentissage du Québec en sont maintenant munis. Le personnel scolaire peut donc intervenir plus rapidement. Le réseau contrôle plus que jamais la qualité de l’air dans ses établissements.

« Plus que jamais en ce début d’année scolaire, le personnel scolaire est prêt pour accueillir ses élèves, jeunes et adultes : tout a été mis en œuvre au cours des derniers mois afin de les soutenir dans leur mission éducative. Notre gouvernement a à cœur l’éducation de tous les jeunes, leur bien-être de même que leur sécurité et celle du personnel », écrit le député de Chambly. Il réitère qu’accroître la réussite éducative des élèves, freiner la pénurie de main-d’œuvre et assurer la qualité de l’air dans les écoles sont tous des dossiers prioritaires auxquels le gouvernement s’affaire quotidiennement. « Le réseau a su relever les défis de la pandémie et je suis convaincu que ce retour en classe bien préparé sera accueillant et sécuritaire », complète-t-il. (JCN)

À lire aussi sur le sujet : https://www.journaldechambly.com/rentree-scolaire-une-annee-de-negociations/

Partager cet article
1 Commentaire
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
trackback
Rentrée scolaire : une année de négociations - Le journal de Chambly
3 mois