Rentrée 2021: moins de mesures qu’en 2020

Photo de Gabriel Provost
Par Gabriel Provost
Rentrée 2021: moins de mesures qu’en 2020
Le ministre de l'éducation du Québec et député de Chambly, Jean-François Roberge, a annoncé les mesures qui seront en place à la rentrée scolaire 2021. (Photo: capture d'écran)

Passeport vaccinal pour certaines activités parascolaires au secondaire, pas de masque dans les classes ou au service de garde et plus de bulles-classes: la rentrée 2021 sera plus normale que celle de 2020, mais pas complètement normale. 

Le ministre de l’éducation du Québec, Jean-François Roberge, a annoncé les différentes mesures qui encadreront la rentrée 2021 et plusieurs sont tombées comparativement à l’année précédente.

Parmi celles-ci, il y a notamment le fait que le port du masque de procédure ne sera plus obligatoire lorsque les élèves seront assis dans les classes, de même qu’au service de garde. Lorsque les enseignants seront à une certaine distance des élèves, il leur sera également possible de ne plus porter le masque. Ce dernier devra cependant être porté dans les corridors des écoles, où les personnes sont très fréquemment entassées. Le ministre a annoncé que ces mesures suivent les recommandations de la santé publique.

Outre le port du masque en classe qui restera un souvenir de l’année scolaire 2020-2021, les bulles classes, qui visaient à ce que les élèves ne se mêlent pas entre eux pour isoler plus facilement les personnes qui contractent la COVID-19, seront elles aussi mises de côté cette année. Idem pour la fréquentation hybride des établissements scolaires, mesure que ne subiront pas cette année les étudiants de la troisième à la cinquième secondaire. M. Roberge a toutefois souligné que les choses pourraient changer dans l’éventualité où la situation épidémiologique deviendrait pire que ce qu’elle est présentement.

« Ce n’est pas terminé: il nous manque encore beaucoup de premières doses et de deuxièmes doses. »

-Jean-François Roberge

Si le gouvernement procède à ces allégements, c’est grâce à la vaccination, qui a atteint le seuil de 77% de la population des 12 à 17 ans pleinement vaccinée en date du 11 août. Même si ces résultats sont considérés comme encourageants par le gouvernement du Québec, M. Roberge a insisté sur le fait que « ce n’est pas terminé: il nous manque encore beaucoup de premières doses et de deuxièmes doses. »

Passeport vaccinal parascolaire

Alors que Québec n’utilisera pas le passeport vaccinal pour vérifier que les enseignants et le personnel sont vaccinés, l’outil entrera en vigueur pour empêcher les élèves non-vaccinés de pratiquer certaines activités parascolaires à haut risque au secondaire. La ministre déléguée à l’éducation, Isabelle Charest, qui participait également à la conférence de presse, n’a pas identifié les activités qui seront ciblées par cette mesure. « La limite du haut risque est proportionnelle au taux de vaccination. Plus les élèves sont vaccinés, moins il y aura d’activités où ce sera nécessaire d’avoir le passeport vaccinal. »

Qualité de l’air: appareils dans toutes les classes

M. Roberge a également profité du point de presse pour mentionner que le gouvernement respectera sa promesse d’installer des appareils de mesure de la qualité de l’air dans toutes les classes de la province. Ces appareils devraient complètement être installés dès le mois de décembre. Lorsque questionné à propos du fait que les appareils devaient être installés au début de l’année scolaire et que ce délai ne pourra être respecté, le premier ministre du Québec, François Legault, a indiqué que la qualité de l’air dans les classes de la province est bonne. Il a ajouté que « le Québec doit être un des seuls endroits dans le monde où on parle de ce sujet-là »

Décrochage: «filet scolaire »

Afin de combler le manque de main-d’oeuvre et pour tenter de récupérer des étudiants qui auraient quitté le milieu scolaire, le gouvernement a choisi de mettre sur pied un système de « filet scolaire », qui aura comme objectif premier de contacter les personnes qui ont choisi de décrocher afin de vérifier les motifs qui ont poussé à abandonner les études. « On va se donner un filet scolaire pour empêcher les jeunes de tomber: on va les rattraper », a dit M. Roberge. 13 millions de dollars seront accordés à ce programme, qui aidera les élèves qui le souhaitent à s’orienter avec l’aide d’un agent de liaison vers un milieu qui pourrait leur convenir et qu’ils ne connaissaient pas forcément.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires