Quel avenir pour les Forts de Chambly?

Par Martine Veillette
Quel avenir pour les Forts de Chambly?
L’équipe les Forts de Chambly s’entraîne à l’aréna Robert-Lebel de Chambly depuis 2015. (Photo : archives)

L’avenir de l’équipe de hockey les Forts de Chambly n’est pas assuré à Chambly. Des pourparlers sont en cours avec la Ville de Saint-Jean-sur-Richelieu et les élus de Chambly doivent se pencher sur la question.

Le maire de Saint-Jean-sur-Richelieu, Alain Laplante, a affirmé en séance publique du 28 janvier qu’il avait reçu une demande de l’équipe Junior AAA de Chambly ainsi que de la Ligue nord-américaine afin que la Ville accueille une équipe. Le maire a soutenu avoir demandé à son Service des loisirs d’analyser les demandes et de faire des recommandations au conseil. Le point devrait être à l’ordre du jour de la séance extraordinaire du 18 février. Il a affirmé que « Saint-Jean mérite une équipe de hockey d’élite ».

Joint à ce sujet, le président et gouverneur de l’équipe des Forts de Chambly, Marc-André Houle, soutient que la demande à Saint-Jean-sur-Richelieu ne venait pas de son organisation. « Un groupe a rencontré la Ville de Saint-Jean. Ils m’ont posé des questions. Je les ai accompagnés », précise-t-il.

M. Houle affirme que « sa volonté n’est pas de quitter Chambly ». Il indique que la Ville lui a annoncé en décembre qu’elle « souhaitait, dans un avenir à court ou à moyen terme, laisser aller les Forts ».

Pour l’instant, il ne connaît pas la décision des deux villes. « Je souhaite que le projet à Saint-Jean fonctionne, si Chambly ne veut pas nous garder. Il y aurait encore du hockey dans la région », soutient-il. M. Houle craint par contre que si Saint-Jean accepte, Chambly laisse aller l’équipe. « Si les Forts devaient quitter Chambly, ce serait à contrecœur », dit-il.

Interrogée, la mairesse de Chambly, Alexandra Labbé, mentionne que toutes les options sont étudiées et qu’aucune décision n’est encore prise. Une rencontre entre les élus, entre autres sur le sujet, s’est déroulée le 30 janvier. Elle souligne toutefois que « c’est intéressant de savoir que quelqu’un de la région reprendrait la balle ».

Le conseiller Serge Gélinas s’est dit extrêmement déçu de cette possibilité du départ de l’équipe. « Il faut voir plus loin que l’investissement et voir ce que l’équipe apporte. C’est une identité locale et quand l’équipe se promène, on parle de Chambly », dit-il.

« Je souhaite que le projet à Saint-Jean fonctionne, si Chambly ne veut pas nous garder. » – Marc-André Houle

Propriétaire

Pour expliquer les questions entourant cette réflexion sur l’avenir de l’équipe, Mme Labbé évoque que « la Ville a acheté l’équipe et qu’elle n’aurait pas dû puisque ce n’est pas légal ».

M. Houle a semblé surpris lorsque questionné sur la légalité de la propriété de l’équipe. « L’équipe a été achetée par l’Association de hockey mineur de Chambly et financée par la Ville », nuance-t-il.

Le président du hockey mineur de Chambly, Daniel Goedike, a d’emblée affirmé qu’il s’agissait d’un dossier sensible. « On a fait un chèque de 75 000 $ pour ça. La Ville l’a remis en crédits ou en heures de glace. Je ne suis pas au courant de tous les détails. De ma compréhension, l’Association de hockey mineur de Chambly est propriétaire, mais c’est M. Houle qui gère l’équipe », dit-il.

L’achat des Condors de Kahnawake a été effectué en 2015. À l’époque, le président de l’Association du hockey mineur de Chambly, François Gagnon, avait indiqué que « le nom de l’acheteur doit être tenu secret pour l’instant ».

Selon Serge Gélinas, la Ville a, à l’époque, « endossé » l’achat de l’équipe en s’en portant garante. « Que la Ville soit propriétaire d’une équipe, ce n’est pas illégal, ça se fait ailleurs », affirme-t-il.

Danielle Pilette, professeure en gestion municipale à l’UQAM, mentionne qu’une « Ville peut subventionner des organismes, notamment de loisirs. Elle peut aussi créer une société paramunicipale ». Elle ajoute que d’autres municipalités ont contribué financièrement à des équipes de hockey.

Les Forts

Le président et gouverneur des Forts soutient avoir un protocole d’entente avec la Ville pour gérer l’équipe qui évolue à l’aréna Robert-Lebel. Son contrat se termine à la fin de la saison prochaine, soit 2020-2021.

Il affirme avoir la pleine gestion de l’équipe et ne pas recevoir d’argent de la Municipalité. « S’il y a des profits, j’en donne une partie à la Ville et je garde le reste. Selon le contrat, c’est 10 % à la Ville. S’il y a des déficits, comme c’est le cas chaque année, c’est moi qui paie », soutient M. Houle. Il estime que l’équipe arrive « au point de bascule où elle peut faire ses frais et éventuellement des profits ».

Il ajoute qu’un sentiment d’appartenance est en train de se développer entre les Forts et la communauté.

Cap sur les séries

L’homme affirme que pour le moment, la priorité de l’équipe est de faire les séries, qui débuteront en mars. « On veut que les jeunes continuent d‘avoir une belle saison. Ensuite, on s’assoira avec la Ville pour les discussions », indique-t-il.

Le président mentionne que l’équipe est actuellement en course « plus que jamais » pour se positionner pour les séries éliminatoires. « On a battu trois des quatre meilleures équipes. C’est encourageant. La gang est décidée à se battre jusqu’au bout. Ensuite, en séries, tout est possible », dit-il. Les Forts se retrouvent au cinquième rang de leur division.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de