Quand des enfants s’initient à l’art

Photo de Saïd Mahrady
Par Saïd Mahrady

La fondation Les enfants de l’Opéra conjugue art, éducation, sport, santé et cuisine pour les offrir aux jeunes de la population âgés entre 4 et 17 ans.
« Notre but est de favoriser le plein potentiel de développement des enfants et de contribuer à bâtir leur confiance et leur estime de soi », indique Lise Richard, présidente de la fondation située à Saint-Paul-d’Abbotsford et qui dessert, entre autres, Rougemont et Saint-Césaire.
La création de la fondation remonte à septembre 2011, alors que la populaire émission La petite séduction était de passage dans la région. Le chanteur lyrique Marc Hervieux et le Fou du roi de Tout le monde en parle, Dany Turcotte, y tenaient la vedette.
« Ce passage a touché beaucoup de gens, à tel point que nous avons décidé de créer une fondation, mentionne la présidente. Le soutien financier vient de cinq municipalités, d’une banque de bailleurs de fonds, de la députée Claire Samson, des Chevaliers de Colomb de Saint-Césaire conseil 2172, et des revenus des camps d’été Les Matinées artistiques. »
Mme Richard fait observer que la fondation sert aussi à venir en aide aux enfants des familles qui n’ont pas la chance d’avoir accès à des activités d’art, de musique, de danse, de cuisine.
Les Matinées artistiques
La période estivale se décline par des camps d’une semaine où les enfants âgés entre 6 et 8 ans sont invités à explorer soit l’univers de l’art visuel, soit la danse ou la musique. « Les activités se déroulent au Hall Fisk du rang de la Montagne à Saint-Paul-d’Abbotsford, illustre Mme Richard. Les enfants sont amenés à préparer une activité spectacle le vendredi en présence des parents; une présentation qui reflète ce qu’ils ont fait durant la semaine. »
À ce sujet, la présidente tient à louer le travail des « merveilleuses animatrices enjouées, Jocelyne Jodoin en arts visuels, Aimée Gaudette-Leblanc en musique et Sabrina Angers en danse, qui font découvrir aux enfants une panoplie de créateurs de différents domaines artistiques ».
« On ose croire qu’on a semé une petite étincelle de bonté. » – Lise Richard
Une partie des revenus d’inscription, au coût de trente dollars par enfant, est remise à la fondation et l’autre partie sert à rémunérer les animatrices. Les enfants des familles défavorisées ne paient pas ou assument 50 % des frais si possible, rapporte Mme Richard.
La cuisine comme nouveauté
La fondation a innové en 2018 en offrant aux enfants des ateliers de cuisine, donnés gratuitement par la présidente au Centre de bénévolat de Saint-Césaire. L’organisme offre gratuitement ses locaux, tandis que IGA Alimentation famille Gaouette de Saint-Césaire y contribue par des produits. Ces cours sont également au coût de trente dollars par enfant.
« C’est un bonheur de voir les visages illuminés des enfants, leur concentration, leur sourire. Ils sont dans leurs éléments. On ose croire qu’on a semé une petite étincelle de bonté et de créativité, à tous le moins », se félicite Mme Richard en faisant référence aussi aux dons offerts par la fondation, soit des boîtes d’instruments de musique aux écoles des cinq municipalités.
Ce sont d’ailleurs ces établissements scolaires qui sélectionnent les enfants lorsque ces derniers ont un besoin spécifique. Mme Richard lance un appel aux écoles de Rougemont afin qu’elles collaborent avec la fondation. Elle précise que l’organisme de bienfaisance peut offrir un service si d’autres organisations ne sont pas en mesure de le faire.
Il pourrait s’agir, poursuit-elle, d’un ajout de séance d’orthophonie offerte par un spécialiste que la fondation paie. Idem pour les cas d’enfants autistes. Des dons en matériel sont aussi possibles pour les enfants de familles défavorisées.
La fondation offrira cinq ateliers culinaires aux enfants de 6 à 12 ans (regroupés par âge) jusqu’au 18 mai. Inscription :
richardlise52@gmail.com ou 450 469-4862.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de