Qualité de l'eau de la rivière des Hurons: Les citoyens sensibilisés

Qualité de l'eau de la rivière des Hurons:  Les citoyens sensibilisés

ENVIRONNEMENT. Des panneaux seront installés à Saint-Mathias-sur-Richelieu, Richelieu et Marieville et 6 000 feuillets d’information seront distribués afin de sensibiliser les citoyens au bassin versant de la rivière des Hurons.

Cette campagne de sensibilisation de la Fédération de l’UPA de la Montérégie a été lancée le 29 septembre afin d’améliorer la qualité de l’eau et les habitats aquatiques de la rivière.

Les panneaux ainsi que les feuillets distribués dans les écoles, les bureaux municipaux et les sites récréotouristiques proposent des actions concrètes pour améliorer l’état de la rivière.

Les jeunes comme les adultes sont donc invités à remplir le défi A.R.B en posant trois actions quotidiennement qui correspondent à ces lettres, soit absence de déchets dans les cours d’eau, réduction du ruissellement et bandes riveraines protégées et aménagées.

«Les producteurs agricoles s’impliquent pour améliorer la qualité de l’eau de la rivière des Hurons depuis 2009. Nous souhaitons maintenant faire participer les citoyens, notamment les enfants, afin qu’ils prennent conscience des efforts réalisés par les agriculteurs et qu’ils s’investissent eux aussi», affirme le deuxième vice-président de la Fédération de l’UPA de la Montérégie.

Chantale Soumahoro, agente en agroenvironnement à l’UPA, estime que les enfants jouent un rôle important dans cette campagne. « Les jeunes qui vivent sur le territoire entendent parler de la problématique de la rivière et des projets de plantation ont déjà eu lieu dans les écoles, alors ils peuvent passer le message », affirme-t-elle.

Des rencontres sont prévues avec les municipalités pour adapter ce défi à la réalité de chaque communauté.

«Si nous voulons atteindre nos objectifs, il faut que les municipalités participent et pour le moment elles font part d’une grande ouverture. C’est leur territoire alors si elles s’impliquent, ça aide encore plus l’UPA», se réjouit Mme Soumahoro.

À ce jour, dix municipalités ont accepté de faire partie de ce projet de sensibilisation.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires