Projet de développement résidentiel: Des citoyens s’opposent à la densification

Projet de développement résidentiel: Des citoyens s’opposent à la densification

CHAMBLY. Des citoyens se sont présentés à la consultation publique, le 12 janvier, pour s’opposer à un changement de zonage qui modifie les types de bâtiments permis sur les rues Louis-Philippe Hébert et Maurice-Cullen, inclues dans le projet de développe

C’est un résident de l’avenue de Salaberry, Jean-Marc Levesque, qui s’est fait le porte-parole des citoyens du secteur. Selon lui, le changement proposé contrevient à l’engagement pris par la Ville, en février 2014, de limiter la densité moyenne à 19,75 logements à l’hectare pour ce développement résidentiel.

Modifications au projet initial

À la suite de la présentation du projet initial, en juin 2013, les résidents du secteur de l’avenue de Salaberry avaient demandé de réduire la densité prévue à 28,15 logements à l’hectare. M. Levesque a calculé qu’en faisant passer la densité de ces rues de 34 à 38 logements à l’hectare, ce qui équivaut à 30 unités de logement de plus, la moyenne s’élève plutôt à 23 ou 24 au lieu des 19,75 promis. Ces chiffres n’ont pas été confirmés par la Ville lors de la séance publique.

«La Ville de Chambly, les promoteurs et les citoyens ont fait une entente et là, elle n’est pas respectée. Vous faites des changements dans des zones qui ne sont pas contiguës à notre secteur, où nous n’avons pas le droit de parole, et nous nous sentons floués», a déclaré Jean-Marc Levesque.

«Il va toujours y a avoir des changements à un projet initial», lui a fait remarquer le maire suppléant, Richard Tetreault.

Le second projet de règlement a été adopté après la consultation publique. Les conseillers adopteront le règlement final au cours des prochains mois.

Un problème de circulation

M. Levesque a expliqué que l’augmentation de la densité de ses rues est aussi préoccupante en raison de la circulation. Par exemple, il estime que les résidents de ces rues, qui seront plus nombreux avec le nouveau zonage, quitteront le secteur par l’intersection de la rue Jean-Casgrain et de l’avenue de Salaberry, ce qui causera de la congestion.

«Il y aura un bon service d’autobus et d’autres solutions sont envisagées comme l’élargissement de la route 112 et l’ajout d’une voie réservée aux autobus sur l’autoroute 10», a répondu le maire suppléant.

Des citoyens habilités à voter?

Jean-Marc Levesque a terminé son intervention en réitérant son mécontentement et en demandant à la Ville de lui fournir les adresses des personnes habilitées à voter concernant le changement des typologies résidentielles de ses rues.

«Vous venez faire un changement de zonage où personne ne réside. Je me demande combien de personnes sont habilitées à voter dans les zones contiguës. Je vais aller frapper aux portes pour leur demander s’ils veulent ça à côté de chez eux», a-t-il conclu.

La Ville a assuré à M. Levesque que les démarches seraient effectuées en temps et lieu.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires