Prismaphonik : un orchestre simulé et coloré à Chambly

Photo de Chloé-Anne Touma | Initiative de journalisme local
Par Chloé-Anne Touma | Initiative de journalisme local
Prismaphonik : un orchestre simulé et coloré à Chambly
L’œuvre Prismaphonik agit tel un orchestre interactif. (Photo : courtoisie)

Depuis le 4 septembre, les installations de Prismaphonik, une œuvre multisensorielle alliant sons et lumières, sont exposées au Pôle culturel de Chambly pour le plus grand plaisir des mélomanes et des curieux.

Grâce à l’entente de développement culturel conclue entre le gouvernement du Québec et la Ville, l’exposition, qui fait le tour des municipalités du Québec, anime maintenant l’esplanade du Pôle culturel, et ce, jusqu’au 29 novembre.

Un orchestre interactif

Tel un véritable orchestre, l’œuvre interactive conçue par Anthony Gagnon Boisvert et William Simard est composée de douze prismes symbolisant chacun un musicien. « Chaque prisme représente un musicien de l’orchestre symphonique. Chacun a sa propre colonne lumineuse », décrit M. Simard.

Le son de chaque instrument jouant sa propre partition provient individuellement de la colonne qui incarne son musicien, de sorte que lorsque les visiteurs se promènent au sein du labyrinthe coloré, ils ont la sensation de parcourir les rangées d’un orchestre et peuvent se rapprocher des instruments qu’ils souhaitent mieux entendre.

« Chaque prisme représente un musicien de l’orchestre symphonique. Chacun a sa propre colonne lumineuse. » – William Simard

Le stimuli de l’environnement

La Ville de Chambly promet aussi un « spectacle interactif » en ce que la performance du Prismaphonik dépend notamment du nombre de spectateurs présents, détecté grâce à des capteurs. Plus il y aura de visiteurs, plus l’orchestre se voudra dynamique, « comme si les musiciens étaient encouragés ».

Plus impressionnant le soir

Bien que l’œuvre soit accessible et fonctionnelle en continu, 24 heures sur 24, on précise que « l’expérience est toutefois plus optimale le soir ». Aussi marquantes que les installations connues lors du Festival des lumières de Montréal, celles de Prismaphonik éclairent tout en mouvement, leurs lumières colorées étant synchronisées au rythme de la musique. Les concepteurs de l’œuvre misent ainsi sur le mariage et l’interdépendance des sens, sur la capacité des visiteurs à « voir les sons en couleurs ». Le mouvement de la lumière imite celui du maniement d’un archer par un violoniste, et ses couleurs sont générées selon l’harmonisation des notes : plus elles vont bien ensemble, plus les teintes qui s’y apparentent sont dans le même ton. Plus elles sont dissonantes, plus les couleurs générées le sont dans des teintes éloignées.

Un répertoire partiellement local

Une dizaine de pièces composent le répertoire de l’orchestre Prismaphonik, incluant deux morceaux interprétés par la cantatrice chamblyenne Emma Albani, que certains locaux reconnaîtront.

Prismaphonik en concert

Afin de célébrer les Journées de la culture, une soirée spéciale aura lieu le 24 septembre à l’esplanade du Pôle culturel de Chambly, de 19 h à 21 h 30, au cours de laquelle la violoniste émérite Isabella d’Éloize Perron, ainsi que deux artistes de l’Atelier lyrique de Chambly, la cantatrice Christiane Fournier et le baryton Patrice Côté, offriront des performances tout en étant accompagnés de l’orchestre Prismaphonik. Il sera possible d’assister et de participer à une conférence-rencontre avec les créateurs de l’œuvre à la suite du concert.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires