Présence de la renouée dans la MRC de Rouville

Photo de Saïd Mahrady
Par Saïd Mahrady
Présence de la renouée dans la MRC de Rouville

La MRC de Rouville tente de sensibiliser le ministère du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques (MDDELCC) et Agriculture, Pêcheries et Alimentation du Québec (MAPAQ), contre la présence de la plante exotique envahissante la renouée du Japon.
Les élus de la MRC ont adopté au mois de février une résolution demandant aux deux ministères « d’outiller les municipalités pour les aider à faire face à cette plante exotique envahissante ».
Francis Provencher est directeur de l’aménagement du territoire auprès de la MRC de Rouville. « Nous voulons que les deux ministères fournissent des outils en matière de prévention et d’intervention, notamment avec un soutien au Comité de concertation et de valorisation du bassin de la rivière Richelieu (COVABAR) et à l’Organisme de bassin versant de la Yamaska (OBV de Yamaska). »
Une enveloppe de 8 millions de dollars a été annoncée dans le dernier budget du ministre des Finances Carlos Leitao pour lutter efficacement contre les espèces exotiques envahissantes. Dans un communiqué émis le 29 mars dernier par le Groupe de concertation des bassins versants de la zone Bécancour (GROBEC), celui-ci mentionne qu’en plus de cette enveloppe, « les 40 OBV du Québec se verront dorénavant octroyer 10 millions par année pour un total de 30 millions de dollars sur trois ans, soit près du double de ce qu’ils recevaient auparavant. »
Et d’ajouter que le ministre Leitao va passer « certainement à l’histoire en raison de ses nombreuses propositions en matière de gestion de l’eau ! »

« Nous voulons que les deux ministères fournissent des outils en matière de prévention et d’intervention, notamment avec un soutien au Comité de concertation et de valorisation du bassin de la rivière Richelieu (COVABAR) et à l’Organisme de bassin versant de la Yamaska (OBV de Yamaska). » – Francis Provencher

Une plante présente le long des rives

Francis Provencher qualifie de bonne nouvelle l’investissement attendu dans l’espoir d’éradiquer la renouée du Japon et autres plantes envahissantes. Il mentionne que la présence de la renouée a été remarquée le long des rives de certains cours d’eau de la MRC. Qui plus est, il revient aux municipalités de trouver une solution puisque le littoral et les cours d’eau relèvent de leur compétence, d’où la demande de soutien aux deux ministères.
Une demande qui a été appuyée par les élus de la MRC de la Vallée-du-Richelieu qui ont adopté une résolution à cette fin.
La propagation plus particulièrement de la renouée du Japon inquiète la MRC en raison du risque qu’elle pose à l’agriculture. Hélène Godmaire, du Conseil québécois des espèces exotiques envahissantes qui était de passage dernièrement à Carignan dans le cadre d’une conférence sur le sujet, faisait remarquer en entrevue que « lorsqu’on circule sur les routes de campagne, la renouée du Japon est déjà présente. » Elle explique que la plante peut se répandre facilement dans les terres agricoles. « La renouée peut nuire aux cultures parce qu’elle va se ramifier et se retrouver par la suite dans les récoltes. »
À première vue, la renouée du Japon est tellement jolie à voir qu’elle a été importée à des fins ornementales en 1918. Hélène Godmaire rappelait que cette plante n’est jamais malade ni attaquée par des insectes et elle n’a pas de compétition. Elle est considérée parmi les 100 pires espèces envahissantes de la planète. Certes, si la plante est jeune, un arrachage régulier chaque saison durant quelques années pourrait l’éliminer. Mais, si la plante a cette capacité de pénétrer jusqu’à une profondeur de 2 mètres et atteindre une hauteur de 3 mètres, son élimination ne peut se faire qu’avec l’aide de machinerie lourde.
Pour mieux s’informer concernant les plantes envahissantes, dont la renouée du Japon, le MDDELCC propose l’outil Sentinelle qui est composé d’une application mobile et d’un système cartographique accessible sur le web. On peut aussi visiter le site du ministère au :
www.mddelcc.gouv.qc.ca/biodiversite/especes-exotiques-envahissantes/index.asp

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de