Près de 11 000 $ pour Annabelle

Photo de Frédéric Khalkhal
Par Frédéric Khalkhal
Près de 11 000 $ pour Annabelle

À Saint-Césaire, les citoyens et le monde artistique se sont rassemblés pour venir en aide à la petite Annabelle Chassé et à ses parents.
Mario Valois est ravi d’avoir aidé Annabelle Chassé, qui souffre de paralysie cérébrale.
À la tête des Productions Valbis, une société de spectacle qui ne doit sa création qu’à la passion de M. Valois et de sa femme pour la musique, il s’est spécialisé dans l’organisation de spectacles-bénéfice.
Le 10 novembre, le couple a organisé un spectacle dans l’église de Saint-Césaire, où les artistes Johanne Lefebvre, Audrey Charbonneau, Sabrina & Stéphanie Barabé, Amélie Larocque, Pascal Gauthier, Mario Valois, Jacques Bienvenue, Amélie Larocque, Jean Wiedrick étaient invités.
Ce sont 450 spectateurs qui ont répondu à l’appel et un chèque de 10 650 $ a été remis le 6 décembre à la famille.
« Il a été possible pour les parents d’Annabelle de régler la facture de sa chambre hyperbare en associant cette somme à celle amassée lors d’un autre événement », d’indiquer au Journal M. Valois.
Lors d’un lavothon organisé l’an dernier, la communauté avait réussi à récolter 11 000 $.

Annabelle Chassé

Avant le concert, le père d’Annabelle avait indiqué au Journal que, financièrement parlant, il était difficile de pouvoir répondre aux besoins de leur fille.
« C’est toute une preuve d’amour que nous adresse la communauté de Saint-Césaire. Cette mobilisation, c’est bien au-delà de nos attentes. En ce qui me concerne, j’ai plus l’habitude d’aider les gens plutôt que de me faire aider », avait expliqué au Journal le papa, Étienne Chassé, directeur du service des incendies à Saint-Césaire, tout juste avant le spectacle.
La paralysie cérébrale d’Annabelle est la conséquence du syndrome de West. Elle engendre de grosses dépenses médicales, dont une chambre hyperbare pour favoriser sa croissance. Un équipement que se sont procuré ses parents au prix de 27 000 $, sans compter les autres soins de spécialistes qui ne sont pas remboursés et que doit recevoir quotidiennement la fillette.
Aujourd’hui, c’est un poids en moins qui pèse sur les épaules des parents. « Les premiers signes positifs seraient déjà visibles. Les parents nous ont indiqué que la petite fille de 18 mois a le sourire plus facile, qu’elle se déplaçait elle-même et qu’elle avait plus d’interaction avec sa grande sœur », indique M. Valois.
Le spectacle a été filmé. Les profits de la vente des DVD iraient également à la famille Chassé.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de