Première neige à vie

Photo de Jean-Christophe Noël
Par Jean-Christophe Noël
Première neige à vie
Adalberto Palacio en cours de francisation avec sa femme et ses enfants. (Photo : (Photos : courtoisie))

Le Colombien d’origine Adalberto Palacio, installé avec sa famille à Chambly, découvre à l’âge de 44 ans son premier hiver québécois.

« Oh, là là! Cette première neige a été un peu difficile! C’est froid, très froid! », admet en riant M. Palacio. Après avoir retiré la neige de sa voiture, il s’attaquait pour la toute première fois à une route dont l’asphalte se trouvait recouvert d’un tapis blanc. Un ajustement a été nécessaire pour lui en matière de conduite. 

L’écart de température entre la Colombie et le Québec est grand. Le choc est inévitable. « J’aime la température chaude. J’allais à la plage tous les mois en Colombie. Mais il y a des activités d’hiver très amusantes, ici, que nous pourrons faire », répond avec ouverture le Colombien.

Pour vêtir sa famille adéquatement relativement aux froides températures, le Barranquillero se dit fort reconnaissant de l’aide qu’il a reçue.

De la Colombie à Chambly

Il a quitté la Colombie, avec sa femme et ses trois enfants, en février dernier. Les temps rigoureux tiraient alors à leur fin au Québec et la promesse d’un doux printemps se faisait entendre. C’est de la ville de Barranquilla, du département d’Atlántico, qu’Adalberto Palacio débarque. « La meilleure ville de la Colombie », exprime chaleureusement, d’un chauvinisme calculé, le désormais Chamblyen. S’il a quitté sa terre natale, comme bien d’autres l’ont fait, c’est pour « chercher un meilleur avenir pour mes enfants et pour une meilleure opportunité de travail », exprime-t-il.

En Amérique du Sud, Adalberto Palacio était ce qu’il nomme architecte de Cloud solutions. Ici, le jour, il occupe l’emploi d’administrateur de réseau, en technologie. Le soir, il complète sa journée à l’aide de cours de francisation. En moins d’un an au Québec, l’apprentissage qu’il a fait de la langue française impressionne. 

« J’adore Chambly! C’est une petite ville très tranquille. Tous les gens sont gentils avec ma famille et moi », dit l’arrivant étranger. Le fort de Chambly, ça lui parle. L’entité historique lui rappelle Las mujeres de Cartagena. Les murailles de Carthagène, à l’état de projet pendant presque deux siècles, ont été achevées en 1796, afin de défendre la ville contre d’éventuelles attaques de pirates. Le centre historique est entouré de 11 kilomètres de ces murs de pierre imposants qui sont complétés par des fortifications et des bastions, desquels il est possible d’observer le coucher de soleil sur les Caraïbes

» Oh, là là! Cette première neige a été un peu difficile! C’est froid, très froid! »  – Adalberto Palacio 

Les enfants 

Ses deux filles, âgées de 14 et 16 ans, ainsi que son fils de 12 ans vont à l’école secondaire du Mont-Bruno. Depuis septembre, en raison du besoin grandissant, il y a de la nouveauté au sein du pôle d’accueil. Les élèves qui arrivent à Chambly et qui ne parlent aucunement français reçoivent un soutien linguistique particulier. Des périodes de francisation, en sous-groupes, sont offertes plus fréquemment à ceux-ci. Ils vivent actuellement leur première neige. « Les enfants sont très heureux avec la neige », communique avec émotion le père de famille. Le traditionnel bonhomme de neige en fait partie. C’est ce qu’a réalisé la famille, qui goûte à ces balbutiements hivernaux.

Dans cette tempête de nouveautés, l’organisme Intégration compétences accompagne la famille d’Adalberto Palacio afin qu’elle trouve sa place dans le paysage chamblyen, que le climat y soit froid ou chaud.

Partager cet article