Posart veut aider les jeunes à s’exprimer par l’art

Posart veut aider les jeunes à s’exprimer par l’art

Sandra Bolduc, directrice générale de POSA/Source des Monts, devant les œuvres de Mackenzie Peak.

Crédit photo : Martine Veillette

Exposition de toiles, initiation à la guitare, au slam, à la photographie ou à la création de décors de scène : les jeunes de 16 à 26 ans amateurs d’art auront accès à ces cours dès janvier.

C’est ce qu’offre le nouveau programme Posart, lancé par POSA/Source des Monts. Sandra Bolduc, directrice générale de l’organisme, mentionne que c’est une jeune fille de Chambly qui l’a inspirée à le créer. « Je la voyais souvent dans son lieu de travail, explique-t-elle. Elle était très discrète et ne parlait pas beaucoup. Quelqu’un m’a montré des photos de ses toiles. Là, j’ai compris que c’était sa façon à elle de s’exprimer. »

La jeune Mackenzie Peak, 18 ans, de Chambly, est donc la première artiste à exposer ses œuvres dans les locaux de l’organisme de Chambly. Le but est qu’un artiste différent ait cette chance chaque mois. Posart attend les soumissions de jeunes amateurs intéressés. Les seuls critères stipulent qu’ils ne doivent pas être des professionnels et doivent demeurer sur le territoire de l’organisme.

« On leur organise un vernissage pour qu’ils vivent une expérience totale, indique Mme Bolduc. Ils sont aussi jumelés à un artiste professionnel qui va les conseiller. »

« Si quelqu’un veut exposer un nu ou parler de la sexualité, je n’y vois pas de problème. Mais il faut le faire dans le respect de soi et des autres. » – Sandra Bolduc

Le programme Posart offre aussi des cours d’initiation à la guitare. La directrice générale explique qu’il s’agit de découvrir l’instrument pour s’exprimer. « Si une personne veut en apprendre davantage, on va l’orienter vers une école », dit-elle.

Les jeunes pourront explorer la photographie à l’aide du cellulaire pour que ce soit accessible pour tous. « On veut leur montrer que par la photo, il est possible d’exprimer des émotions », indique Mme Bolduc.

Les participants pourront aussi s’initier à la création de décors de scène. Ils apprendront à manipuler une multitude d’outils nécessaires à la fabrication d’un décor. Ils pourront créer des scènes pour différents organismes. Déjà, la directrice générale mentionne que l’Atelier lyrique a fait une demande.

Ensuite, les jeunes pourront apprendre à écrire du slam, soit de la poésie chantée. Les participants présenteront leur création lors d’une soirée ouverte au public.

Pour chacun des ateliers, les élèves devront respecter le code d’éthique de l’organisme. Mme Bolduc soutient qu’on peut parler de tout, mais dans le respect. « Si quelqu’un veut exposer un nu ou parler de la sexualité, je n’y vois pas de problème, dit-elle. Mais il faut le faire dans le respect de soi et des autres.

Parfois, c’est dans le choix des mots. Une intervenante sera toujours sur place pour les aider et expliquer les bons mots.»

Frais

Pour s’inscrire, les participants doivent être membres de POSA/Source des Monts, au coût de 5 $ annuellement. Ensuite, les cours coûtent 3 $ chacun, pour un total de 60 $ pour la session. Ceux qui ne sont pas en mesure de payer peuvent effectuer des travaux bénévoles pour l’organisme.

« Ce n’est pas gratuit, mais accessible à tous », mentionne la directrice générale.

Pour chacun des cours sauf le slam, seulement six places sont disponibles. Pour le slam, il y en a vingt. Les personnes intéressées sont donc invitées à s’inscrire rapidement auprès de l’organisme.

Pour la première année, la Ville de Chambly a offert une subvention qui permet à POSA/Source des Monts de démarrer son programme. Le montant a principalement servi à l’achat du matériel pour les cours et à la décoration des locaux.

« L’idée est que Posart existe pour plusieurs années, indique Mme Bolduc. On veut présenter un spectacle-bénéfice avec les élèves pour que le programme s’autofinance ».

Mackenzie Peak

L’artiste Mackenzie Peak, 18 ans, originaire de Chambly, est la première à exposer ses œuvres dans la galerie Posart. Elles y seront jusqu’en janvier.
L’étudiante en Arts visuels au cégep du Vieux-Montréal a toujours aimé dessiner sur ce qu’elle avait à portée de main. Elle s’inspire de la musique, de la littérature ainsi que des gens qui l’entourent et prend l’art comme un moyen d’exprimer sa réalité intérieure. Elle utilise comme médiums autant la peinture, le dessin que la sculpture.