Pas de transfert pour la centrale 9-1-1 de Richelieu

Par Annabelle Baillargeon
Pas de transfert pour la centrale 9-1-1 de Richelieu

MUNICIPAL. C’est à contrecœur que le conseil de Richelieu a dû renoncer à l’idée de changer de centre d’appels d’urgence 9-1-1, en raison de la décision du ministre Pierre Moreau de prolonger l’entente avec la Régie intermunicipale Richelieu-Saint-Lauren

C’est d’ailleurs en ce sens que le maire Jacques Ladouceur a voté contre l’adoption des prévisions budgétaires pour 2016 de la Régie, étant donné le refus de la Régie de séparer la centrale d’appels. Le conseil a par ailleurs appuyé la décision du maire, lors de la séance du conseil du 7 décembre.

« À cause du décret du ministre Moreau, nous devons rester temporairement avec le centre d’appels d’urgence 9-1-1 actuel, le temps de dénouer l’impasse avec les différents ministères impliqués dans cette affaire », précise M. Ladouceur.

Depuis plusieurs années, la Ville de Richelieu demande à être desservie par CAUCA, la centrale des appels d’urgence Chaudières-Appalaches, qui couvre déjà l’ensemble de la MRC de Rouville, à l’exception de Saint-Mathias et de Richelieu, qui se trouvent dans la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM) et dont la desserte policière est donc assurée par la Régie.

La Ville souhaite ce transfert afin d’uniformiser le service, puisque CAUCA prend déjà en charge la répartition du service de sécurité incendie de Richelieu.

Le refus de la Régie figure parmi les raisons qui ont motivé Richelieu à dénoncer l’entente avec le service de police.

Rappelons que la cause menée par Chambly et Richelieu pour faire annuler le refus des ministères de la Sécurité publique et des Affaires municipales concernant la création d’une police municipale à Chambly sera entendue le 15 décembre prochain.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires