Parole aux candidats de Chambly sur la question du transport

Photo de Frédéric Khalkhal
Par Frédéric Khalkhal
Parole aux candidats de Chambly sur la question du transport
(Photo : courtoisie)

Dans le cadre de la campagne menant aux élections générales le 3 octobre, le Journal de Chambly donne la parole aux cinq principaux candidats de la circonscription de Chambly. Cette semaine, les candidats parleront transport.

Lina Yunes, Parti libéral du Québec (PLQ).

« Après avoir discuté avec plusieurs citoyennes et citoyens du comté de Chambly, j’ai constaté que le transport est un enjeu qui les préoccupe plus que jamais.
Plusieurs m’ont fait part qu’ils avaient abandonné l’usage de leur véhicule personnel et opté pour le transport en commun, ce qui contribue à réduire les émissions de gaz à effet de serre produites par le secteur des transports. Cependant, d’autres m’ont indiqué que l’offre de transport en commun ne répondait pas à leurs besoins. Pour améliorer cette offre, nous assurerons un financement adéquat des sociétés de transport qui leur permettra de maintenir leurs services et de développer leurs réseaux.
Toujours pour encourager davantage de Québécoises et de Québécois à utiliser le transport en commun et ainsi protéger l’environnement, le Parti libéral du Québec s’engage à instaurer la gratuité complète des transports en commun pour tous les étudiants et les 65 ans et plus. Cette mesure importante du Plan Portefeuille du PLQ permettra de réduire la pression sur les étudiants et les aînés qui ressentent particulièrement les impacts de la hausse du coût de la vie.
Nous voulons également améliorer l’offre de transport en commun dans les secteurs régionaux.
De plus, nous considérons que le transport aérien régional est un service essentiel pour les régions éloignées. C’est pour cela que nous poursuivrons les efforts pour réduire les tarifs des transports aériens. Cela sera réalisé en imposant un tarif maximal pour les usagers et nous mettrons en place un système d’appel d’offres pour maintenir des services aériens essentiels en cas de rupture de services. »

Vincent Michaux-St-Louis, Québec solidaire.

« Je fais ma campagne électorale strictement en covoiturage et en transport en commun. Je peux vous dire que les problèmes de transport, je les subis. La science est sans équivoque, la vraie solution durable pour réduire la congestion, c’est le transport collectif!
C’est pourquoi Québec solidaire réduira de 50 % le coût de tous les moyens de transport collectif, partout sur le territoire québécois. Nous allons investir massivement dans le réseau afin de permettre plus d’accessibilité et de possibilités. Il faut se doter d’une vision nationale et cohérente en matière de transport collectif.
En éliminant les lignes d’autobus directes vers Montréal, le REM rallongera finalement le trajet des Chamblyens! Ce projet, financé par la Caisse de dépôt et placement du Québec, répond à des intérêts financiers et à des prérogatives de rentabilité plutôt que de fournir un service nécessaire de transport en commun en ayant l’intérêt et les besoins des citoyens comme seuls objectifs.
Ce qu’il faut en transport dans le comté; augmenter l’offre de service du réseau exo vers Montréal, collaborer avec les municipalités afin d’offrir du transport intermunicipal, offrir des partenariats avec des services d’autopartage, investir dans le transport actif (vélo, marche, etc.) en offrant des aménagements appropriés. Ces mesures nationales et ces engagements locaux permettront de réduire la congestion routière, d’offrir des alternatives convenables à l’auto-solo et de réduire considérablement nos émissions de gaz à effet de serre. Le 3 octobre prochain, on écoute la science et on investit dans le transport collectif! »

Jean-François Roberge (CAQ)

« À la CAQ, nous misons sur la mobilité durable. Pour y arriver, il faut que les automobilistes aient accès à une circulation plus fluide et que les utilisateurs de transport en commun puissent avoir un service de qualité, abordable et confortable. La réduction de la congestion routière dans la région métropolitaine est donc une priorité. Notre gouvernement continuera de travailler sur des chantiers qui auront bientôt un impact concret et positif :
· Ouverture d’une voie UAB (utilisation de l’accotement par les bus) sur le boulevard Fréchette, à Chambly, en direction nord;
· Avec la collaboration de mon collègue Louis Lemieux, candidat de Saint-Jean, des travaux visant à améliorer le chemin de la Grande-Ligne, situé à Carignan aux limites de Saint-Jean-sur-Richelieu;
· Élargissement de l’autoroute 30, de Brossard à Boucherville, pour une meilleure fluidité.
Et ce n’est pas fini. Je m’engage à intervenir pour améliorer encore davantage l’accès au transport collectif. Nous voulons également réduire les GES par l’électrification des transports. La CAQ veut d’ailleurs atteindre la cible de 65 % d’autobus scolaires électriques d’ici 2030. Et d’ici quatre ans, nous nous engageons à tripler le nombre de bornes de recharge de niveau 2 et à doubler le nombre de bornes de recharge rapide. Comme vous le constatez, en matière de transport, nos engagements témoignent de notre volonté de faciliter votre vie tout en prenant le nécessaire virage vert! »

Marie-Laurence Desgagné (PQ).

« Le transport touche le quotidien des gens de Chambly mais pose aussi des défis importants : il coûte cher, a un grand impact environnemental et doit être sécuritaire. Mon plan – et celui du PQ – s’attaque à ces trois défis.
D’abord, je crois fermement que les citoyens doivent avoir davantage d’options en transport en commun. De manière prévisible, le REM promis en 2018 ne s’est jamais concrétisé, les gens de Chambly ont donc toujours peu d’alternatives fiables et abordables à l’automobile.
Pour encourager les gens à la délaisser, le PQ propose la PasseClimat : 365 $ par année pour l’utilisation des transports en commun partout au Québec, tous modes confondus. Cette mesure bénéficiera à tous les résidants de notre circonscription et favorisera la transition écologique. Elle augmentera aussi la demande en transport en commun, permettant le développement de nouveaux projets qui maximiseront notre couverture locale et que je m’engage à défendre.
Ensuite, comme l’automobile demeure essentielle pour de nombreuses familles de Chambly, il faut aussi s’y attarder. Au PQ, nous souhaitons bonifier l’offre de véhicules électriques en augmentant la cible imposée aux constructeurs de véhicules électriques. Ainsi, nous offrirons plus d’options aux consommateurs souhaitant opérer le virage électrique plutôt que de les pénaliser en taxant davantage les véhicules à essence dès aujourd’hui.
Finalement, je crois qu’il est impératif de sécuriser nos grands axes routiers en collaborant avec le ministère des Transports et les acteurs fédéraux et municipaux. La 112 et la 116 ne doivent plus être des cicatrices dangereuses pour nos piétons et cyclistes. »

Daniel Desnoyers (PCQ).

« Que ce soit par l’utilisation des transports en commun ou de la voiture individuelle, les transports sont au cœur du quotidien des résidants et résidantes du comté de Chambly. Ces transports sont de plus en plus onéreux et la qualité des services ne s’améliore pas, proportionnellement avec l’augmentation des coûts pour les citoyen(ne)s.
Pour les automobilistes qui, par obligation, ont besoin de leur voiture pour se rendre au travail ou pour carrément travailler, nous proposons un gel de la taxe sur l’essence, afin de pallier l’inflation toujours aussi présente dans notre quotidien. De plus, les revenus de taxes du gouvernement du Québec sont augmentés par un prix de l’essence élevé, qui profite au gouvernement mais pas aux citoyens. Plusieurs provinces canadiennes et États américains ont suspendu leurs taxes sur l’essence. C’est pourquoi il est pertinent d’agir sur ce front.
Au plan local, je vous ai entendus! Tous les utilisateurs de la desserte d’exo Chambly-Richelieu-Carignan en direction de Montréal se plaignent de la qualité du service de leur exo. Autobus en retard, départs annulés et une climatisation à peine existante. Certains me disent préférer le trafic à ces conditions. Exo devra rendre des comptes et améliorer ses services chèrement payés par les contribuables.
Pour baisser les GES, par l’utilisation du transport en commun, encore faut-il offrir un service de qualité. Avant de dépenser de l’argent en mégasalaires, pour des cadres de megastructure, offrons un service de qualité au peuple. »

Partager cet article